Faits divers Alain Mathot avait introduit une requête en dessaisissement de la justice liégeoise, pour cause de suspicion légitime.

La Cour de cassation a estimé mercredi que la requête en dessaisissement de la justice liégeoise introduite par Alain Mathot n’était "pas manifestement irrecevable". "En d’autres termes, cela signifie que l’enquête pour suspicions légitimes à l’égard de la justice liégeoise peut continuer", explique Henri Vanderlinden, porte-parole du parquet général à la Cour de cassation.

Alain Mathot avait introduit devant la Cour de cassation une requête en dessaisissement de la justice liégeoise, pour cause de suspicion légitime dans l’affaire Intradel-Uvelia.

L’ancien bourgmestre de Seraing est suspecté de corruption dans le cadre de la construction de l’incinérateur d’Intradel à Herstal. Mais il ne souhaite pas être jugé à Liège car, selon son conseil, Me Jean-Philippe Mayence, il a déjà été en quelque sorte jugé au travers des précédents procès qui se sont tenus à Liège dans ce même dossier, visant d’autres prévenus.

"Il est étonnant que, dans deux décisions, la justice a déjà apprécié sa culpabilité alors qu’il n’était pas présent. C’est contraire aux règles les plus élémentaires. Nous imaginons mal qu’il puisse être jugé à Liège dans la sérénité", avait expliqué fin juillet Me Mayence.