Elle a pu rencontrer son fils il y a quelques jours.

A la mi-mars, un épouvantable drame impliquant des Belges s'était joué dans la région de Valence (Espagne). Amiel et Echel, frère et soeur de trois ans pour l’un et cinq mois pour l’autre, avaient été retrouvés morts, à moitié enterrés dans une propriété de Godella, un village situé à une dizaine de kilomètres au nord de Valence.

Très rapidement, les enquêteurs ont porté leurs soupçons sur la mère de famille. Maria Gombau gardait, seule à la maison, ses enfants. Et elle avait été retrouvée nue, se cachant dans un barril, visiblement l'esprit hagard. Elle et le père des enfants d’origine belge, Gabriel Salvador Carvajal, avaient été interpellés par la garde civile espagnole et placés en garde à vue.

Un peu plus de huit mois après ce terrible drame, les enquêteurs tentent toujours de déterminer les circonstances exactes du décès des jeunes enfants. Et surtout l'éventuelle implication du père belge puisqu'il semble désormais acquis que c'est la mère de famille qui avait porté les coups fatals à ses deux enfants.

© dr

Pourtant, celle-ci continuerait de nier les faits, selon la chaîne de télévision espagnole Cuatro al Dia, qui est parvenu à mettre la main sur le contenu des auditions. "Je me suis cachée parce que j'ai peur de mon mari, aurait expliqué la jeune femme aux enquêteurs. Il me demandait où étaient mes enfants, mais je lui ai dit que je ne savais pas où ils étaient. Nous avons eu une bagarre monumentale et j'ai cru qu'il leur avait fait quelque chose."

Selon Quatro, les allégations de la jeune femme, souffrant de démence psychotique selon quatre experts qui l'ont examinée, étaient assez nébuleuses. Voire contradictoires par moments. Elle poursuit : "J'ai allaité les deux enfants puis nous nous sommes assoupis sur le canapé. Quand je me suis levée, j'ai marché sur mon chien. J'ai eu peur et je me suis enfuie. Je ne sais plus si mes enfants étaient encore là."

La jeune femme laisse donc entendre que Gabriel Salvador Carvajal pourrait avoir tué ses enfants pendant qu'elle dormait. Ce que la mère de ce dernier ne peut pas entendre. Cette dernière, domiciliée au Canada, a fait le voyage récemment pour voir son fils, en détention préventive. " Je n'ai jamais douté de son innocence, explique-t-elle aux journalistes de Cuatro al Dia. Nous savons qu'il n'est pas coupable. Nous avons pu lui parler au commissariat. Il nous a expliqué qu'il n'était pas dans la maison au moment de la mort des enfants. Quand il est rentré chez eux, il ne les trouvait plus. Il a demandé à Maria où ils étaient. Elle était visiblement dans une phase de démence et il lui a demandé si elle avait tué les enfants. Elle a répondu que non et ils sont partis à leur recherche."

La mère de Gabriel comprend toutefois que son fils soit toujours détenu. "C'est une affaire grave et il faut faire toute la lumière dessus. Il n'est pas accusé mais est en prévention. On le comprend. Il est extrêmement peiné par ce qui est arrivé. Il se dit détruit."