Lors de son témoignage, la maman a confié qu'elle avait remarqué que son fils n'allait pas bien mais...


Tania, la maman de Nathan Duponcheel, accusé de l'assassinat d'Alfred Gadenne, le bourgmestre de Mouscron, a expliqué à la cour d'assises du Hainaut que son fils était quelqu'un de très intelligent. "Il a toujours bien réussi à l'école. Il n'a même jamais eu un examen de passage. Le rêve pour une maman", s'est-elle exclamée.

Comme les experts psychiatres, la maman de l'accusé a évoqué la difficulté de son fils à parler de ses sentiments. "Même avec moi...Je voyais bien qu'il allait mal mais...Nous étions, par exemple, allés chez une psychologue à quatre avec ses deux frères. Autant, cela m'a été bénéfique ainsi qu'à ses deux frères, autant lui non car il ne parlait pas."

La maman de l'accusé a expliqué que la famille parlait beaucoup des problèmes au boulot de son mari. "On en discutait tous les jours, notamment au souper. Pour mon mari, le responsable c'était son chef de service. Nathan n'a jamais vu les choses de la même manière. Pour lui, c'était le bourgmestre, qui, en dernier recours, pouvait changer les choses." 

Elle a enchaîné en parlant de sa vie de couple. "Il y a eu des hauts et des bas. Il buvait beaucoup avec les pompiers et quand il était saoul, il était violent. Mais avant son suicide, il allait moins chez les pompiers et cela allait beaucoup mieux entre nous. Quelques jours avant son geste désespéré, il s'était excusé auprès de ses enfants pour le comportement qu'il a parfois adopté."

Tania a évoqué l'échec professionnel de son fils. "Il voulait tant aller à l'armée. S'il avait été pris, je suis certaine que ce ne serait jamais arrivé."

Pour ce qui est de l'organisation de l'insolvabilité de Nathan, la maman a reconnu avoir fait une grosse bêtise. La maman qui a dit avoir besoin de son fils se rend au minimum une à deux fois par semaine à la prison. "Parfois, j'y vais avec ses deux frères", a-t-elle confié. Et de s'exclamer aux jurés. "C'est un énorme malheur. C'est le désarroi d'un jeune qui, dans sa tête, a rendu quelqu'un responsable. C'est une tragédie. Je peux vous dire qu'il regrette tous les jours. "

Les deux frères de Nathan ont également témoigné. Ils ont expliqué que tous les trois avaient vécu difficilement le suicide de leur père mais ils ont précisé que Nathan en voulait particulièrement à son papa d'avoir fait cela dans la maison familiale, sans avoir tenté de trouver une solution. Les deux frères ont aussi expliqué la grande déception de l'accusé lorsqu'il n'a pas été accepté à l'armée. "Il s'est alors senti rejeté par la société"