Une première en Belgique pour une zone de police locale.

Dans quelques mois, les policiers de la zone de Seraing-Neupré, en province de Liège, auront leur nouveau joujou. Un drone au service de la police, une première pour une zone locale en Belgique.

En Flandre, la police du Limbourg a bien testé, grandeur nature, un appareil fourni par une firme spécialisée.

À la police fédérale, on vient seulement de se doter de ce type d’outil à hautes performances technologiques.

La zone Seraing-Neupré est donc dans l’air du temps. "Il faut vivre avec son époque mais au-delà de ce constat, qui vaut aussi pour les délinquants, un drone peut être vraiment très utile dans le cadre de l’appui opérationnel", explique Yves Hendrix, le chef de zone. "J’en ai discuté avec d’autres collègues qui vont finalement un peu voir comment cela va se passer chez nous avant de prendre une décision pour leur zone."

Coût de l’investissement : 5.000 €, qui comprend l’achat du matériel et la formation, tant théorique que pratique, des quatre fonctionnaires de la zone de police qui seront habilités à manier le drone. Une formation de quatre jours qui permettra aux agents de bien assimiler la réglementation en matière de lois sur la vie privée mais aussi le maniement de l’engin au-dessus de la foule. "Nous avons d’ailleurs opté pour un drone à six hélices et à six moteurs pour des questions de sécurité en cas d’utilisation dans le cadre de missions de surveillance de la foule lors de rassemblements importants", poursuit le chef de zone.

Ce sera assurément une des missions dévolues à ce drone qui sera aussi très utile dans des situations critiques. "Simplement lors d’accidents de circulation qui ont une influence sur la mobilité. On peut mieux gérer cette dernière. Un drone peut aussi être très utile dans le cadre de catastrophes. Nous avons quatre sites Seveso sur notre territoire et si on peut se rapprocher avec le drone de la zone critique, on peut mieux appréhender les mesures à prendre. C’est moins cher qu’un hélicoptère et il est plus rapidement sur place", soulève Alain Mathot, le bourgmestre.

On l’aura compris , ce drone va révolutionner l’approche sécuritaire sur la zone Seraing-Neupré déjà dotée de 60 caméras fixes et de deux caméras mobiles destinées à lutter contre les dépôts clandestins.

Le conseil de police a adopté le point hier soir. Le drone devrait être opérationnel pour juin prochain.