Omer Sanli a reproduit avec exactitude les gestes qui ont mené à la mort d'Issam Adab

MARCHIENNE-AU-PONT Lors de la reconstitution qui s'est déroulée hier en début de matinée dans la rue Robert Fesler, la juge d'instruction Dery a demandé à Omer Sanli de reproduire avec précision les gestes qu'il avait effectués lors de cette terrible soirée du 4 septembre 2007.

En effet, ce père de famille turc, sans histoire et inconnu des services de police, avait tiré 4 coups de feu à l'aide de son 9 millimètres en direction de deux dealers qui réalisaient une transaction. L'un des projectiles avait atteint mortellement Issam Adab, âgé de seulement 22 ans.

Lors de son arrestation, le meurtrier avait alors expliqué aux enquêteurs qu'il n'avait aucune intention de donner la mort, mais qu'il n'en pouvait plus de voir les dealers agir au vu de tous.

Peu fréquentable

Ce quartier de Marchienne, qui a la triste réputation d'être peu fréquentable, est souvent le théâtre de violences diverses. Avec l'atmosphère tendue qui y règne, certains riverains s'interdisent de quitter leur habitation après 18 h. "Dans cette ville, il vaut mieux se faire le plus discret possible, confie ainsi Raymond, 64 ans. Je fais mes courses le matin, mais je n'ose pas sortir après 18 h car cela devient trop dangereux. Les gens sont devenus méfiants et, en plus, la police ne fait rien pour faire partir les trafiquants de drogue. Ce n'est pas étonnant qu'il y a eu une fusillade, c'est une chose qui devait arriver."



© La Dernière Heure 2007