Faits divers Deux accidents de la route ont fait trois morts ce week-end à Ciney et Tournai.

Un terrible drame de la route s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche sur la N97 à hauteur de Ciney, peu après la piscine communale. Il était environ 3h30 lorsque deux véhicules sont entrés en collision frontale. À l’intérieur d’une Ford break se trouvaient Marie Maillard, 21 ans, et son compagnon. David Durdu se trouvait au volant de l’autre véhicule, une Toyota. Malheureusement, la violence du choc sur cette route où la vitesse maximale est de 90 km/h n’a laissé aucune chance aux conducteurs qui sont décédés sur le coup.

Les secours de la zone Dinaphi sont intervenus sur place mais n’ont rien pu faire pour ces deux personnes, contrairement au passager qui a été emmené blessé vers l’hôpital. Ce drame ne s’arrête toutefois pas là puisque la jeune fille de 21 ans était enceinte. Elle devait accoucher dans les tout prochains jours d’un petit garçon. Toutes les personnes impliquées étaient originaires de la région cinacienne. "Un expert a été désigné pour comprendre ce qu’il s’est réellement passé", a indiqué le parquet de Namur. Entre 2010 et 2019, la N97 a vu dix personnes perdre la vie dans des accidents de la route sur son tronçon Ciney-Hamois-Havelange.

Dimanche, c’est le rond-point de Ma Campagne situé à la chaussée de Bruxelles à Tournai qui a été le théâtre d’un accident dramatique. Vers 6h15, une voiture roulant à vive allure y a effectué une embardée. Elle a terminé sa course dans la façade du garage Vanneste Motors, un bâtiment qui a déjà été endommagé plusieurs fois à la suite de sorties de route à cet endroit. Une personne a été éjectée de la voiture, seule en cause. Les secouristes ne purent que constater son décès.

Trois autres personnes ont dû être désincarcérées. Les occupants du véhicule, tous de nationalité française, étaient âgés de 25 à 30 ans. L’état de santé de deux des trois blessés était toujours considéré comme inquiétant à l’heure de mettre sous presse. Et les dégâts occasionnés au bâtiment sont très importants. Plusieurs véhicules exposés à l’intérieur du magasin ont aussi subi d’importants dégâts. "C’est un véritable carnage", nous confiait le bourgmestre Paul-Olivier Delannois (PS), descendu sur place. Le parquet a envoyé un expert sur place. Mais la vitesse inadaptée à la configuration des lieux semble être la cause de cet accident aux conséquences dramatiques.

© Boucau
 
© Boucau