Faits divers Pendant que la super escroc Elvina Edgerton est en prison, une pension pour chats est obligée de garder les siens.

Nous avons parlé dans La DH de Mme Edgerton, cette femme coutumière des esclandres que la cour d’appel de Bruxelles vient de condamner pour de multiples escroqueries commises pendant des mois à Bruxelles et en Brabant wallon. La peine - 5 ans de prison ferme, le maximum possible - n’a pas fait plaisir aux gérants du refuge Aux petits compagnons à Seneffe.

En effet, au refuge, chaque jour est un jour de trop pour Réjane et Roland, qui, trompés par des promesses, ont accueilli les chats de celle qui se fait appeler Elvina Edgerton et qui est détenue à la prison de Berkendael.

Ses escroqueries n’empêchaient pas Elvina d’avoir une chatte et deux chats auxquels elle a donné des noms de dieux égyptiens. " Mme Edgerton a été arrêtée en juin 2018. En septembre, nous étions contactés par un service de la prison de Berkendael pour nous occuper des chats. Avec le recul, nous pensons qu’Edgerton a même réussi en prison à embobiner sa psychologue et son assistant social, qui nous ont persuadés d’accepter ses chats. Prendre un chat en pension n’est pas gratuit. La psychologue et l’assistant social nous assuraient que Mme Edgerton serait vite libre et qu’elle était blindée. Le problème était que son argent se trouvait en Angleterre et que nous devrions peut-être patienter quelques jours pour être payés."

Les "quelques jours" se sont transformés en "quelques mois" . Pour ses chats, qu’elle appelle ses "enfants", Elvina Edgerton exigeait le meilleur. Des aliments (...)