Ce midi, reconstitution de la dernière tuerie du Brabant: pour la télé déjà le mercredi 2 juin

ALOST Ce dimanche midi, la police fédérale, en accord avec les magistrats de Mons et Charleroi en charge, procédera, sur le parking du Delhaize d’Alost, à une reconstitution grandeur nature de la dernière des tueries attribuée aux tueurs du Brabant qui ont sévi impunément en Belgique de l’été 1982 à novembre 1985, laissant 28 victimes tuées.

Cette reconstitution 25 ans après, était réalisée pour VTM et RTL-TVi qui préparent une émission exceptionnelle à l’échelle nationale les 2 (RTL) et 3 (VTM) juin. Peut-être la dernière carte !

Le 9 novembre 1985 , huit personnes, clients et caissières, ont été tuées par balles au Delhaize d’Alost. Six semaines plus tôt, huit l’avaient déjà été aux Delhaize d’Overijse et Braine-l’Alleud. L’objectif des enquêteurs désormais dirigés par le commissaire Eddy Vos, est de remuer les souvenirs et de susciter les derniers témoignages.

Invraisemblable après tant d’années ? Et pourtant en 2003, la même démarche avait obtenu des résultats positifs; ceux-ci sont d’ailleurs à la base des émissions de la dernière chance qui se préparent. En effet, les enquêteurs prévoient de diffuser un nouveau portrait-robot.

Ensuite, ils veulent diffuser aussi le témoignage exclusif du policier Eddy Nevens. Enfin, le programme prévoit de retracer les trente dernières heures des tueurs du Brabant qui effectivement ne sont plus manifestés après le 9 novembre 1985.

Pourquoi ? Peut-être parce que l’inspecteur Nevens, qui était moniteur de tir à la police d’Alost, pense avoir atteint un des gangsters, celui qui était assis avec son riot gun dans le coffre arrière de la VW Golf, véhicule retrouvé par la suite à 52 km de là dans le bois de la Houssière (Ronquières).

Des éléments font penser que celui qui était assis à l’arrière était Killer ou Tueur, surnom donné au chef de la bande qui aurait personnellement tué 23 des 28 victimes des tueries.

L’aide du public est essentielle : après l’émission de 2003, des automobilistes – 18 ans après – avaient signalé avoir croisé cette nuit-là vers 3 h du matin, dans le bois de la Houssière, une VW Golf à l’arrêt sur le bas-côté de l’avenue Marouset et de la rue de la Chapelle au Foya, avec deux hommes debout près de la Golf et un “paquet” au pied du véhicule.

Une hypothèse serait que le "long paquet” était en fait le corps de l’homme blessé par Nevens à Alost. Donc, de Killer qui n’aurait pas survécu ou que ses complices auraient achevé, ce qui expliquerait la fin des tueries. Mais on a creusé un mois, en 2004, à la Houssière, sans rien exhumer.

La conviction d’Eddy Nevens d’avoir fait mouche tient à l’arme – un.38 de 4 pouces – spécialement réglée, au fait qu’il a pu adopter la position de tir et que la VW Golf était à peine à 15 mètres. Plus tard l’enquête a permis de retrouver un manteau, une gaine, une cartouchière, etc., indication supplémentaire, dans cette hypothèse, que les complices se seraient débarrassé d’effets dont l’un d’eux n’avait plus besoin, et pour cause.

À ce stade, les deux complices sont désignés comme : Le Vieux (celui qui pilotait) et Le Géant (celui dont la stature impressionna tant des dizaines de témoins).

La prescription définitive intervient le mardi 10 novembre 2015. La promesse Delhaize de 250.000 € est toujours valable.


© La Dernière Heure 2010