Faits divers Sept et onze ans de prison pour une tentative d’assassinat homophobe.

Michel Liégeois, 38 ans (photo d'illustration), a écopé de 11 ans de prison et Robert Mallien, 27 ans, de 7 ans, pour avoir commis une tentative d’assassinat homophobe.

En instance, les prévenus avaient été condamnés à respectivement 6 ans de prison ferme et 4 ans de prison avec sursis probatoire pour un tiers de la peine.

La cour d’appel de Liège a retenu toutes les circonstances aggravantes au contraire du tribunal qui avait acquitté les prévenus pour le viol, la séquestration, la préméditation et la circonstance d’homophobie pour Robert Mallien.

Le 31 janvier 2015, un homme de 52 ans, atteint de problèmes mentaux, a rencontré les suspects dans un café de Liège.

Michel Liégeois a proposé à la future victime d’entretenir une relation sexuelle. Les deux hommes et le quinquagénaire ont pris la voiture. Liégeois a indiqué à Robert Mallien qu’il devait se rendre à Angleur à proximité de l’Ourthe.

Michel Liégeois a indiqué à sa future victime qu’ils le conduisaient vers sa mort.

Le malheureux a réalisé une fellation à Michel Liégeois. Ce dernier l’a ensuite violemment frappé en lui lançant des insultes à caractère homophobe.

Les deux hommes l’ont violemment frappé. Michel Liégeois a poussé la victime dans l’eau glaciale. Le quinquagénaire a réussi à s’accrocher à une branche et à remonter alors que ses agresseurs l’abandonnaient. Les prévenus minimisaient les faits.

Unia, le centre interfédéral pour l’égalité des chances, s’est réjoui de cette décision. "Ce jugement confirme encore une fois que la violence à l’égard des personnes homosexuelles est une réalité", indique Patrick Charlier, directeur d’Unia. "Il est aussi le signe que les autorités judiciaires reconnaissent la particularité de ce type de violence, qui met en danger la vie en société dans son ensemble. Nous sommes donc satisfaits que la circonstance aggravante ait été reconnue."