Une association de victimes d’incestes et d’abus sexuels a déposé une plainte.

Images confrontantes ou campagne à mots choisis et sensibles mais qui n’auraient pas marqué grand monde ? Child Focus a clairement choisi son "camp" cette année pour la Journée européenne pour la protection des enfants contre les abus sexuels. La campagne vidéo à voir sur son site a tout du film porno. Sauf que cela n’en est pas un, c’est la reconstitution d’une vidéo pédopornographique qui lui a été signalée. Le but : "Créer un effet de choc, briser les tabous autour de la problématique et tirer la sonnette d’alarme."

Mais aura-t-elle choqué au-delà du justifiable ? Des familles de victimes représentées par l’association flamande IMLandelij, ont porté plainte auprès du JEP. "Nous avons reçu des réactions de victimes choquées et traumatisées. Les images diffusées sont pénibles pour ces personnes qui ont vécu une expérience similaire", argumente l’association qui estime aussi que ces images ne devraient pas être si facilement vues par des mineurs.

Child Focus s’attendait à ne pas faire consensus. "Nous avons déjà été contactés par des victimes pour lesquelles les images étaient très choquantes. Nous comprenons cela. Nous souhaitons leur parler afin de pouvoir leur expliquer nos intentions", a souligné la directrice Heidi De Pauw. Ajoutant qu’une autre partie des victimes avait réclamé une campagne dure "pour secouer les décideurs". Et le public.

La vidéo choc à voir ici : www.chaletfilm.be . Attention, ces images peuvent choquer !