Faits divers Handicapée, Régine ne peut plus se déplacer pour faire ses courses.

Durant la nuit de samedi à dimanche, Régine, une habitante de Clabecq, a été réveillée par les aboiements de son chien. " J’ai immédiatement voulu voir ce qui se passait mais, comme je suis handicapée, cela m’a pris un certain temps. Lorsque je suis arrivée à ma fenêtre, j’ai juste vu deux jeunes qui prenaient la fuite ."

Ces jeunes n’ont rien volé. Ils se sont contentés de retourner la voiture de la Clabecquoise de 68 ans. "Je suis vraiment en colère. C’est un acte gratuit. D’autres voisins ont aussi eu des soucis avec leur voiture. L’an dernier, des jeunes s’étaient déjà amusés à casser les vitres de toutes les voitures du quartier. Je suis quasiment persuadée qu’il s’agit des mêmes. Mais quel plaisir peut-on avoir de commettre un tel acte, juste pour causer des soucis aux gens à qui appartiennent les véhicules ?"

La voiture de Régine, une petite Aixam sans permis, a bien évidemment subi des dégâts. " Le flanc est notamment abîmé. Un rétroviseur est cassé… Le hic, c’est que ce type de véhicules est assuré comme un cyclomoteur. Je ne serai donc pas remboursée pour mes frais de réparation. Une policière me disait qu’avec ce type de véhicules des petits dégâts causent rapidement un sinistre total. Apparemment, pour moi, ce n’est pas le cas car on a réussi directement à la refaire démarrer. Mais il est clair que je ne pourrai jamais en racheter une. J’avais fait cet investissement il y a deux ans, lorsque je travaillais encore. Je ne parviendrai pas à avoir un prêt. Je souffre de la maladie de la lymphe et je dois débourser 600 euros par mois pour mes soins."

Et des frais, la Clabecqoise en a déjà eu avant même que son véhicule soit réparé… "Ma voiture a été embarquée car la police devait y prélever des traces, ce qui est très bien car j’espère que l’on retrouvera les auteurs. Mais c’est moi qui ai dû payer les frais de dépannage de 433 euros. Le dépanneur n’a, en outre, pas voulu reporter ma voiture chez mon garagiste avant qu’il ait pu vérifier le paiement. Or, j’ai contacté la police et on m’a dit que si ce n’était pas moi qui avais fait embarquer la voiture, ce n’était pas à moi de payer."

Ne plus avoir sa voiture cause réellement problème à la sexagénaire. " Je ne l’utilise que pour aller faire mes courses. Mais, sans véhicule, je ne peux pas les faire étant donné que je suis handicapée ."