Faits divers

Le bijoutier n’a pas hésité à tirer sur l’un des malfrats pour sauver sa famille

TUBIZE Fin d’après-midi agitée hier dans le centre-ville de Tubize, en Brabant wallon. Deux individus, armés et encagoulés, sont entrés dans la bijouterie Olivet, rue de Mons. Avec pour ferme intention de repartir avec l’argent de la caisse et quelques-uns des nombreux bijoux stockés dans la bijouterie. Pour leur plus grand malheur. Car l’un des deux braqueurs est décédé sur place.

Les faits se sont déroulés vers 16 h, alors que la nuit commençait à tomber. Deux jeunes ont été aperçus par des témoins dans une galerie à proximité de la bijouterie. Ils ont enfilé des gants et des cagoules et ont pénétré, armes au poing, dans la bijouterie.

À l’intérieur, ils ont pointé leur arme sur la fille du bijoutier. Celle-ci a alors crié de peur et sa mère est arrivée. Les deux femmes ont été mises en joue par l’un des braqueurs tandis que l’autre remplissait un sac de bijoux et d’argent.

Quelques instants plus tard, le plus jeune, Flavio, âgé de 17 ans, s’écroulait, blessé par balle.

Paul Olivet, le bijoutier, venait de tirer avec sa carabine en sa direction, en réponse aux tirs des deux malfrats.

L’homme a alors pointé son arme sur le second braqueur, âgé d’une vingtaine d’années.

“Bouge pas, je te tiens” , lui aurait-il lancé avant de le contraindre à rejoindre la cuisine de la bijouterie et de le faire s’allonger.

“Ne me tuez pas, ne me tuez pas”, aurait alors supplié le voleur.

Le bijoutier a maintenu son arme vers le braqueur, en attendant l’arrivée des forces de l’ordre, qui ont aussitôt embarqué le cambrioleur.

Dans le quartier, c’est évidemment l’émoi. Les gens ne comprennent pas comment et surtout pourquoi un tel drame est arrivé. “C’est incompréhensible” explique Liu, responsable de l’Assiette à fondue, un restaurant situé à une dizaine de mètres de la bijouterie, et qui a assisté à une partie de la scène. “L’alarme de la bijouterie s’est mise en route . Je suis alors sorti pour voir ce qu’il se passait et j’ai vu deux cambrioleurs. L’un deux était déjà au sol et il ne bougeait plus. Quelques minutes plus tard, la police est arrivée et a embarqué le second braqueur.”

Aussitôt, la rue de Mons a été bouclée et un périmètre de sécurité installé.

Des bâches ont été tendues devant la bijouterie pendant que les experts du parquet de Nivelles relevaient les indices permettant de faire toute la lumière sur ce drame.

Ils devront aussi déterminer si le bijoutier se trouvait en état de légitime défense ou pas.



© La Dernière Heure 2010