Faits divers

Le réquisitoire du parquet de Bruxelles est fini et les chefs d'inculpation réclamés à l'encontre du pénaliste bruxellois sont solides !

La rumeur courait depuis plusieurs jours déjà dans les couloirs du palais de justice de Bruxelles. La DH en sait désormais plus : l’avocat Olivier Martins se trouve dans de sales draps. Selon nos informations, le parquet demande son renvoi devant le tribunal correctionnel pour plusieurs motifs. Toujours selon nos infos, le réquisitoire comporte trois chefs d’inculpation à l’encontre du célèbre pénaliste, déjà inculpé en 2017 comme membre d’une organisation criminelle. Trois nouveaux chefs d’inculpation sont désormais réclamés à son encontre. Selon nos infos, le parquet demande son renvoi au tribunal comme 1. Co-auteur de prise d’otage. 2. Membre d’une organisation criminelle en qualité de preneur de décision. 3. Co-auteur de tentative d’évasion qualifiée.

Le tout dans le cadre de la tentative d’évasion du baron franco-marocain de la drogue, Mohammed Benabdelhak, depuis la prison de Saint-Gilles. C’était le 13 avril 2014. Ce jour-là, une avocate française a rendez-vous avec le détenu surnommé Le Bombé dans le milieu criminel. Mais c’est un commando lourdement armé composé de quatre personnes qui débarque dans la prison bruxelloise, n’hésitant pas à ouvrir le feu, avant de prendre la fuite, ne parvenant pas à la cible. On parle alors d’une récompense de deux millions d’euros offerte à ceux qui parviendraient à faire évader le baron de la drogue.

En 2017, le pénaliste Olivier Martins est arrêté et inculpé comme membre d’une organisation criminelle dans ce dossier géré par le juge d’instruction Michel Claise. L’avocat passe alors une semaine en prison avant d’être remis en liberté sous conditions. L’enquête se poursuit et le rôle du célèbre pénaliste bruxellois se précise, avec la suite que l’on connaît désormais : trois chefs d’inculpation sont retenus à son encontre dans le réquisitoire du parquet de Bruxelles qui demande donc son renvoi au tribunal. Reste à la chambre du conseil de poursuivre ou non la demande du parquet de Bruxelles.

Précisons également ici que dans cette affaire de tentative d’évasion, un lien est également supposé avec l’assassinat de Frédéric et Claude Hilger, deux frères du milieu du grand banditisme, mystérieusement disparus en 2016, dissous dans de l’acide et jetés dans le canal.