Le CIB était bien un repaire de terroristes pour l’Irak et l’Afghanistan. La cour d’appel de Bruxelles l’a confirmé hier

BRUXELLES Les juges de la cour d’appel de Bruxelles sont venus à bout, hier en début d’après-midi, d’un nouveau procès de terrorisme.

Les peines sont clémentes, probablement en raison de la quantité d’incidents de procédure soulevés par les avocats de la défense, qui n’en ont pas été avares.

Mais, fondamentalement, le dossier charpenté par le procureur fédéral, Jean-Marc Trigaux, est arrivé à bon port : le Centre islamique belge était bel et bien la base du recrutement en Belgique de tueurs engagés au service de Ben Laden. Abdel Rahman Ayachi, 33 ans, le n° 2 du CIB, est condamné à 5 ans de détention mais avec un sursis pour ce qui excède 40 mois d’emprisonnement effectif. Il vit actuellement en Syrie mais il est désormais sous le coup d’un mandat d’arrêt international.

Le prédicateur du Centre islamique, Olivier Dassy, s’en sort mieux encore : sa peine de 40 mois est couverte par un sursis complet. Il a quitté la prison de Saint-Gilles, hier soir. Avec le cheikh Bassam – dont le procès doit encore venir –, Dassy a célébré les mariages de Malika El Aroud, la fiancée des terroristes, avec Dahmane, mort en assassinant le commandant Massoud, puis avec un combattant actuellement en Afghanistan. Ses incantations extrémistes appâtaient les djihadistes.

Celui qui donnait les missions aux futurs kamikazes et qui préparait des hold-up pour financer les opérations, c’était Ali Tabich. Il écope de 40 mois sec également. Deux seconds couteaux sont très légèrement condamnés encore. La défense a bien joué son coup !



© La Dernière Heure 2013