Muhammed Aytekin pourrait bientôt retourner en prison pour non respect de ses conditions de libération.

Le 13 octobre dernier, la police a arrêté un véhicule au "comportement étrange" à Leeuw Saint-Pierre, à la frontière bruxelloise. A son bord, le conducteur et un passager qui n'était autre que celui qui avait tué la petite Merel De Prins, écrit Het Nieuwsblad. Après vérification, il est apparu que la voiture lui appartenait et qu'elle était en défaut d'assurance.


Le parquet de Hal-Vilvorde a ouvert une enquête. Ce sera au tribunal d'application des peines de se prononcer sur une éventuelle violation de ses conditions de libération. Elles impliquaient notamment que l'homme ne commette plus d'infractions.

Pour rappel, le 28 octobre 2015, Aytekin - qui n'avait ni permis ni assurance - avait fauché la petite Merel De Prins, 12 ans, à Vilvorde, qui rentrait de l'école à vélo. Il avait ensuite pris la fuite à l'étranger avant de se rendre quelques jours plus tard. Il a été condamné en janvier 2017, une amende de 6000 euros et une interdiction de rouler à vie. Il est resté environ deux ans derrière les barreaux.

Confrontés à ces nouveaux faits, les parents de Merel De Prins ne se disent pas surpris: "Il se moque de la justice", ont-ils confié au journal flamand.