Les prisons belges ont recensé en leurs murs 117 contaminations par le coronavirus - 35 détenus et 82 membres du personnel - depuis le 13 mars, sur les 10 430 prisonniers du Royaume, d’après les nouveaux chiffres qui nous ont été communiqués hier par la porte-parole de l’administration pénitentiaire, Kathleen Van de Vijver. Si des craintes ont pu être exprimées au début de la pandémie de Covid-19, ce bilan, après cinq mois, montre que l’administration a pu gérer la crise sanitaire.

Dès lors, que faut-il penser du courrier parvenu à la rédaction du journal, décrivant à la prison d’Andenne des scènes à peine croyables où respect des bulles, port du masque, distanciation sociale et gestes barrières semblent inexistants ?

"Je vous écris pour vous informer de la situation dans les prisons, en particulier celle d’Andenne où je me trouve" , relate ce détenu que nous connaissons mais a requis l’anonymat.

"Je ne peux pas vous dire que la situation soit si mauvaise. Je tiens toutefois à rectifier des informations provenant de la direction générale des établissements pénitentiaires selon lesquelles des mesures particulièrement strictes seraient en vigueur pour empêcher que le virus se propage : tout serait compartimenté par aile ou par couloir et ces compartiments ne se croisent jamais lors des repas, des activités physiques ou de la promenade. Ceci est faux."

Le courrier, parvenu hier, est daté du jeudi 30 juillet. "En ce moment même, poursuit notre correspondant, les ailes A, B, C, deuxième étage et rez, sont au préau, ensemble. Il y a une centaine de personnes. Aucune ne porte le masque."

Interrogée, la porte-parole, Kathleen Van de Vijver, après contact avec la direction régionale dont dépend l’établissement d’Andenne, a nié. Selon elle, "toutes les mesures sont bien respectées à la prison d’Andenne" .

Si ce témoignage "intra muros" laisse perplexe, de nouveaux chiffres communiqués hier tendent à donner raison à la porte-parole. En huit jours, à peine deux détenus supplémentaires et cinq membres du personnel ont été testés positifs au Covid-19, dans les 35 maisons de peine et d’arrêt que compte le pays.