L’équipe ne procède plus à des tests, des raisons sanitaires étant évoquées par la hiérarchie et ses membres. De quoi faire bondir le juge d’instruction bruxellois qui a accepté de nous parler des obstacles engendrés par la crise sanitaire dans les enquêtes judiciaires. Du côté de la police fédérale, plusieurs sources nous confirment que les membres de cette équipe se croisent les bras depuis tout ce temps. D’autres sources nous rapportent que Covid ou pas, le service est en pause dans l’attente de la publication d’un nouvel arrêté royal, histoire d’éviter que les tests réalisés soient invalidés en justice, faute de base légale adaptée.