Faits divers Le juge Bulthé l'avait ouvert en 1990. 54 noms cités dans un réquisitoire de 220 pages! 400 millions d'€ de fraudes

BRUXELLES Le parquet de Bruxelles a terminé la rédaction finale du réquisitoire de l'affaire Beaulieu/De Clerck, historiquement le plus gros dossier de fraudes et détournements traité par la justice belge. Le dossier ouvert il y a 15 ans vise le groupe textile Beaulieu, empire industriel créé au siècle dernier par Roger De Clerck, le patriarche. L'enquête avait débuté le 8 novembre 1990 par des perquisitions chez Verlipack-Ghlin.

S'agissant de son 427e dossier traité cette année-là, le juge Bulthédonnait le nom de... 427 à la cellule d'enquête restée active jusqu'en 2000. Des dirigeants comme Jan De Clerck (patron de Domo jusque la semaine... passée) ont fait de la prison. Jan De Clerck dont le fils Anthony âgé de 13 ans était enlevé, en 1994, et libéré, contre rançon, au bout d'un mois. Une phrase de Mme Martine De Clerck à son fils est célèbre: «Anthonijke, je bent een toffe jong»...

L'enquête reprend de plus belle. Le groupe Beaulieu parle d'acharnement. Il n'a de cesse (jusque devant la Cour de Justice des Droits de l'Homme) de dénoncer cette justice belge qui l'accuse de s'être développé et d'avoir prospéré sur le dos du contribuable.

En mai 2000 encore, la Cellule 427 perquisitionne le siège d'Ideal Tucht qui fait partie du groupe et qu'administre Francis De Clerck, autre fils de Roger. Il y a trois mois, le fisc réclame 228,5 millions d'euros d'arriérés d'impôts pour une fraude supposée de 400 millions, intérêts compris. On a su qu'au moins 55 avaient été payés.

Le réquisitoire du 1er substitut Dirk Merckx fait 220 pages. Il cite les noms de 54 suspects qui comparaîtront en chambre du conseil. Il comprend les volets annexes (connus sous les noms Verhoeven et Van Onsem) du dossier principal. Verhoeven fait intervenir la société Katchadourian Group d'un intermédiaire libanais soupçonné d'avoir participé à la fraude pour un montant de 5 milliards de francs.

S'il est prévisible que certains des 54 bénéficieront d'un non-lieu - ainsi les policiers mis en cause pendant l'enquête - ou d'une suspension, le parquet cite au moins 25 inculpés - Roger De Clerck, ses fils Dominiek, Jan et Luc ainsi que son beau-fils Carl Bouckaert à la tête de Beaulieu-USA - et d'autres encore comme des directeurs d'agences soupçonnés d'avoir favorisé ces fraudes qui perduraient depuis 1974. Le dossier fait entre 320 et 500 cartons.

Le principe est de laisser 15 jours aux inculpés pour le consulter: les délais risquent ici d'être portés à plusieurs mois. La chambre du conseil pourrait se réunir après l'été. Le procès n'est pas attendu avant 2006.

© La Dernière Heure 2005