Faits divers

Le parquet de Bruxelles a requis un juge d instruction, a la suite du drame qui a coûté la vie a une enseignante, la nuit de samedi a dimanche, à l'institut Don Bosco, a Woluwe-Saint-Lambert. L'affaire est mise a l'instruction du chef de "coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort", ce qui implique qu'à la lumière des renseignements en sa possession, le parquet n'exclut aucune piste -c'est ce que son porte parole a précisé lors d un point de presse lundi à 11 heures - mais privilégie l'accident. 

La mise a l'instruction a pour but aussi celui de répondre à toutes les zones d ombre qui subsistent, notamment sur la façon dont le monte-plat a pu se mettre en marche. Quant a l'autopsie de la dépouille de Cloé , celle ci se déroulera " dans les plus brefs délais" et ses résultats ne seront pas rendus publics; en tout cas pas avant d avoir été communiqués à la famille de la victime, a encore tenu à préciser le substitut Laurens Dumont auquel le juge d'instruction interdit tout autre commentaire.


Cloé, une enseignante de Don Bosco, est morte dans un passe-plat


Une instruction est ouverte au parquet sur ce dramatique accident survenu au terme d’un repas familial au collège Don Bosco.

Alors que le repas de famille se voulait festif en cette veille de Noël, la soirée, organisée au collège Don Bosco de Woluwe-Saint-Lambert, a tourné au drame ce dimanche. Il était 3h30 du matin lorsque ce qui semble être un accident a eu lieu. Le parquet a toutefois décidé d’ouvrir une instruction pour clarifier la situation.

Mais revenons d’abord sur les événements qui ont précédé la mort de Cloé. La jeune femme, institutrice au collège Don Bosco, participait à un grand repas de famille organisé dans une des salles de fêtes de l’institution scolaire. Au total, plus de 50 personnes étaient conviées à cette sorte de préréveillon de Noël, dont des amis proches de Cloé, ainsi que son papa.

Au terme du repas, l’ambiance étant au rendez-vous, les convives improvisent un petit jeu de cache-cache au sein de l’établissement scolaire.

Cloé, qui connaît bien les lieux puisqu’elle y travaille, s’engage vers le passe-plat. Elle décide alors de se cacher dans ce petit ascenseur, pas plus grand que les autres passe-plats dont le but est, en principe, uniquement de transporter des assiettes d’un étage à l’autre. Et c’est là que le drame s’est produit.

Pour une raison que l’instruction judiciaire devra déterminer avec certitude, le système activant la montée du passe-plat s’est enclenché. Cloé n’a eu aucune chance. Elle s’est retrouvée coincée dans l’appareil.

À l’arrivée des secours, il était déjà trop tard pour la jeune institutrice de 29 ans.

Hier, plusieurs versions circulaient quant à l’activation (accidentelle) du système par une tierce personne. Raison pour laquelle le parquet de Bruxelles a demandé l’ouverture d’une instruction ainsi que l’autopsie du corps de la victime. Un expert technique est également descendu sur place à la demande du parquet. Et ce, dans le but de déterminer si la mort de Cloé fait suite à un défaut de prévoyance ou à une éventuelle faille technique du passe-plat en question.

Ce dimanche, toutes les personnes qui participaient à ce grand repas étaient évidemment sous le choc de ce terrible drame. Un drame qui s’est déroulé sous les yeux du papa de Cloé, également présent à cette grande fête réunissant amis et famille de la jeune femme.

"L’émotion est forte pour beaucoup de citoyens ici, à Woluwe-Saint-Lambert. Cloé était très active dans la commune. Elle faisait également beaucoup pour un mouvement de jeunesse. Elle manquera à de nombreux citoyens. C’est un véritable drame", nous a précisé hier soir le bourgmestre Olivier Maingain. Il ira en personne présenter ses condoléances aux proches de Cloé dans les prochaines heures.