Le couple a été cambriolé et surpris en pleine nuit par des personnes encagoulées. Les agresseurs ont attaché les Tapie avec des câbles électriques et les ont frappés afin de leur subtiliser leurs bijoux et un possible "trésor".

Ce lundi soir, Stéphane Tapie, le fils de l'ancien homme d'affaires, était présent pour aborder ce délicat sujet pour l'émission "Touche pas à mon poste". Un témoignage qui a bouleversé les chroniqueurs présents sur place. "Mon père a commencé à m’appeler à 3h du matin mais je dormais donc je ne l’ai pas vu… Je l’ai découvert à 6h30 mais quand je me lève, je n’allume pas mon téléphone" commence-t-il. "Je prends mon café, je me mets devant la télé comme tous les matins et là, je vois ça. Ma femme me dit : 'Vite, vite, viens voir ce qu’il se passe !' Et là, j’allume mon téléphone et je vois 172 appels. C’est dur, tu le vois à la télé… Le café a du mal à passer."

"Une scène barbare"

Le fils de Bernard Tapie a ensuite expliqué les circonstances atroces de ce cambriolage. "Ils sont entrés à une heure du matin. Mon père et ma belle mère ont eu une grosse lumière dans les yeux. Les deux ont été attachés. Mon père a été attaché par les mains et les pieds au bout du lit. Ensuite, ils ont sonné mon papa et traîné ma belle mère par les cheveux dans toute la maison pour savoir où était le coffre fort. Mais le problème est qu'ils n'en n'ont pas. Dès qu'elle répondait non, les agresseurs lui en collaient une."

Une image terrible qui rappelle "le Moyen-Âge" pour les chroniqueurs. Pour Stéphane Tapie, le choc psychologique a été violent pour son père. "Cela va bien mieux physiquement mais ça ne va toujours pas terrible moralement. C’est très dur."


Face à ce témoignage, Gilles Verdez n'a pas pu cacher son émotion. “Je trouve qu’ils sont d’une extrême dignité dans la violence qu’ils ont vécue. Ça ajoute encore à l’émotion, à part quelques imbéciles, tout le monde est totalement avec vous. C’est comme si c’était ma famille, mes parents. C’est horrible de faire ça. Horrible. L’appât du gain...”


Le journaliste est un ami proche de l'ancien président de l'Olympique de Marseille. Qui a lui même déjà réagi à son agression pour Libération. "Ils ont frappé ma femme à coups de poing dans la gueule, moi attaché sur une chaise. Elle criait. J’ai subi cet épisode comme si je recevais personnellement les coups" tout en expliquant que la scène a duré près de 45 minutes.

Bernard Tapie a également justifié ces faits d'une rare violence. "Les quatre malfaiteurs étaient sacrément chevronnés. Ils étaient sûrement déçus de ce qu’ils ont pu dérober sur place, pas à la hauteur de leurs espérances. Pour le simple plaisir de leur faire du mal."

Toujours malade, Bernard Tapie ne sait toujours pas quelle séquelle physique il gardera de cet événement traumatisant. "J’aurai peut-être un peu de séquelles pour ma tumeur au cerveau, suite au coup de matraque reçu sur la tête. Les médecins me le diront dans deux jours" a-t-il conclu.