Faits divers Sohaid Amaouch, le fils de l'imam radical de Dison, s'est exprimé sur Facebook quelques jours après la publication d'une vidéo où il lançait un appel au meurtre des chrétiens dans les rues de Verviers.

Comme vous pouvez le voir sur le message ci-dessous, le fils de l'imam radical de Dison continue à s'expliquer sur Facebook au sujet de la polémique qui le concerne. Il a cette fois tenu à préciser que les médias "tournent la tête" des gens dans cette affaire et a tenu à rectifier la traduction de sa prière chantée: "Ils ont mal traduit, je n'ai pas dit les chrétiens mais les nusayrites". Les nusayris, également appelés alaouites, sont de la même confession que le dictateur syrien Bachar El-Assad.

© Printscreen Facebook
"C'est avec le père de Bachar al-Assad que les chiites ont reconnu les alaouites parce qu’il avait obtenu une fatwa confirmant que les alaouites faisaient partie des chiites. Il s’agissait à cette époque-là d’un tour de force politico-juridique pour renforcer l’alliance avec l’Iran contre l’Irak", contextualise un professeur d'histoire.

Le fils de l'imam radical de Dison et son père rentrent actuellement de vacances en vue de se présenter à la police.


"Je ne suis pas terroriste"

"Moi terroriste?", écrit-il dans un français approximatif. "C'était le mois du ramadan. Durant ce mois, nous les musulmans faisons des invocations. J'ai fait ces invocations pour que dieu leur vienne en aide. Car ils n'ont plus aucun espoir dans ce monde injuste. J'invoque dieu, pas les gens 'dans les rues de Verviers".

Le jeune homme de 17 ans ajoute: "Dois-je vous rappeler ce que notre prophète a dit. Celui qui fait du mal à un chrétien ou un juif me verra comme un adversaire le jour du jugement."

Un message à lire en intégralité ci-dessous.

© Capture d'écran Facebook