Faits divers

Abdelouafi Elouassaki, 29 ans, était le frère aîné de Houssien et Hakim, partis se battre en Syrie

LAEKEN Un accident mortel de la circulation s’est produit lundi peu avant 22 h à Laeken (Bruxelles), sur l’avenue de la Reine, à hauteur du square Jules de Trooz. Une BMW 318 a emprunté la rue Claessens tandis qu’Abdelouafi Elouassaki, 29 ans, arrivait à moto dans la direction opposée. Les deux conducteurs ont freiné brutalement et Elouassaki a chuté lourdement.

L’automobiliste âgé de 25 ans était indemne mais l’habitant de Vilvorde, originaire de Nador, au Maroc, a été blessé si grièvement qu’il a succombé quelques minutes plus tard à l’hôpital.

Kawaz , comme ses amis l’appelaient, était connu comme leader des Kamikaze Riders. C’est un club bruxellois de moto qui se faisait remarquer en roulant de manière particulièrement audacieuse sur la voie publique.

On ne sait pas encore si Elouassaki respectait le code de la route au moment de l’accident. Mais il se vantait toujours des vitesses qu’il atteignait et avait placé encore l’an dernier sur Facebook un procès-verbal montrant qu’il avait été flashé en France à 235 kilomètres/heure.

Abdelouafi ne ressemblait pas vraiment à un extrémiste musulman. Ainsi, il participait souvent à des fêtes avec des DJ bruxellois et il posait encore la semaine dernière aux côtés de Djibril Cissé, un joueur de football franco-ivorien converti à l’islam.

Mais ses plus jeunes frères, Houssien et Hakim, appartiennent à Shariah4Belgium et sont partis se battre en Syrie.

Comme Abdelouafi leur aurait donné un coup de main, il a été aussi brièvement interpellé lors du vaste coup de filet survenu le mois dernier. Avant cette arrestation, il usait de propos menaçants à l’encontre du bourgmestre de Vilvorde Hans Bonte. “Je suis assez malin pour te faire disparaître. C’est fini avec toi” , avait-il écrit sur Facebook après que Bonte eut confirmé que ses frères se battaient en Syrie.

Hakim est revenu grièvement blessé du front et se trouve maintenant dans une prison brugeoise. Mais Houssien, qui a aussi été soupçonné d’être partisan de la violence, serait toujours en Syrie.

Durant un coup de fil qu’il a donné depuis ce pays à Abdelouafi, il était question de plans pour une attaque terroriste à Bruxelles.

Avec objectif possible le palais de justice.

Il n’est pas certain qu’Abdelouafi ait été seulement informé de ces plans ou s’il devait y tenir un rôle.

Le parquet fédéral se refuse à tout commentaire sur cette affaire.

Enfin, un deuxième membre des Kamikaze Riders a été cité dans le dossier des combattants syriens. Il s’agit de Saïd S., 28 ans, un ami de jeunesse d’Abdelouafi qui a fondé le club de moto. Il serait connu dans son quartier d’Anderlecht comme un extrémiste musulman et a déjà été en prison pour vol avec effraction et armes. Selon certains témoignages de ses compagnons, il se trouverait à nouveau en prison mais sans que l’on sache pour quels faits précis.



© La Dernière Heure 2013