En 2001, il a disparu avec 6.278.775,10 € : jamais repris, Meimoun a réussi son coup

BRUXELLES Le parquet de Bruxelles va demander la condamnation par défaut de Didier Meimoun et sa femme Sylvia Lescure, couple d’Uccle recherché depuis dix ans par la police belge pour avoir réalisé entre 1994 et 2001 à Bruxelles une escroquerie pyramidale de type chaîne de Ponzi exactement comme Bernard Madoff à New York.

Le dossier est finalisé. Le parquet retient 68 victimes s’étant fait connaître pour un préjudice de 253.223.000 francs belges ou 6.278.775 euros. Didier Meimoun promettait des retours sur investissements de 17,5 %, mieux que Madoff qui ne promettait que 17 %, et a écopé en 2009 de 150 ans de prison.

Mais en Belgique, c’est pour rire. Le couple Meimoun/Lescure a pu disparaître du jour au lendemain et seuls quatre comparses seront jugés, Frédéric T., Claude H., Stéphane N. et Simon B., ces derniers ayant d’ailleurs perdu eux aussi des plumes dans l’aventure.

Meimoun en cavale doit aujourd’hui avoir 52 ans et bien rire de tout cela. Il y a dix ans, on donnait le bon Dieu sans confession à ce grand fort corpulent de 1 m 87 et 120 kilos qui inspirait confiance avec sa bonhomie, son Davidoff au bec, son coupé Jaguar XJ 8 et ses sociétés de l’avenue Louise. Sa femme provenait de Cannes. Officiellement “déléguée commerciale” , Sylvia doit avoir 45 ans. Le couple avait deux filles, Meryll et Marianne, des jumelles. Ils habitaient avenue Hoche.

On le sait maintenant : les millions détournés pendant huit ans ne sont pas restés en Belgique. Ils étaient versés immédiatement sur des comptes ouverts au Luxembourg, en Suisse, à New York, notamment au Crédit suisse, à la Republic National Bank, chez UBS à Zurich, à la Banque du Gothard à Genève, chez BNP Paribas ou encore Dexia Bil à Ettelbruck (Grand-Duché).

À l’époque, on comptait en francs belges : 75,8 millions de francs (1,88 million d’euros) ont, par exemple, transité par un compte dénommé Cravate ouvert par une société Napoleon Cosmopolitan sa.

880.227 francs suisses sont passés par un coffre en banque, le 4544 loué chez UBS à Luxembourg-Ville. Des comptes ont pu être identifiés, comme le 2-150/739/964, le 958789, le 230710820 mais à chaque fois que les enquêteurs du juge Van Espen (hélas retardés par les procédures à suivre, NdlR) arrivaient à un résultat, Didier Meimoun, avec une longueur d’avance, avait tout vidé.

Quand l’affaire éclate en 2001, les médias évoquent alors au moins 128 victimes et de 1 à 2 milliards (25 à 50 millions d’euros de préjudice).

Dans le nombre, 68 ont pris le risque fiscal de déclarer un préjudice au parquet de Bruxelles. Certains l’auraient d’ailleurs regretté.

Dix ans après, 26 des 68 maintiennent qu’ils seront parties civiles, encore qu’entre-temps deux sont décédés en 2005 et 2006.

L’affaire viendra devant la 49e chambre correctionnelle.



© La Dernière Heure 2011