Faits divers

Selon nos infos, la chambre des mises en accusation de la cour d’appel de Mons a ordonné la remise en liberté de Christian De Groote. L’habitant de Couillet est le meurtrier présumé de sa compagne (de l’époque) Albana Margjeka, jeune femme enceinte dont le corps avait été coulé dans une dalle en béton en 2008 à Yves-Gomezée, dans l’entité de Walcourt. De Groote est libéré après 21 mois de détention préventive. Elle peut surprendre car la même chambre des mises en accusation - cependant composée d’autres magistrats - avait ordonné que De Groote resterait détenu jusqu’au procès d’assises fixé à la fin 2013.

Mais ce sont les vacances judiciaires. Et la période est propice car d’autres magistrats remplacent. C’est une explication : pour en obtenir une autre, nous avons tenté à plusieurs reprises hier de parler à Christian De Groote himself, pour l’instant sans succès. En outre, Frans R. est également remis en liberté.

En début d’instruction, le juge de Charleroi avait inculpé cet ami de De Groote de recel de cadavre. Frans R. reconnaissait avoir aidé Christian De Groote à transporter le corps d’Albana Margjeka chez lui à Yves-Gomezée où il menait des travaux de construction d’un pont. La jeune femme avait été coulée dans le coffrage en béton du pont, où la section homicides de la PJF de Charleroi avait fini par la retrouver trois ans et demi plus tard.

Albana attendait son deuxième enfant. Elle avait appris d’ailleurs qu’elle était enceinte le 15 janvier 2008 : jour même où elle disparaissait dans des circonstances qui restent peu claires.

Christian De Groote nie. Albana, 30 ans, possédait une VW Golf qui fut retrouvée à Uccle. Normal, selon De Groote, puisqu’elle se rendait à Bruxelles pour y faire du shopping.

C’est aussi grâce à Frans R. que le mystère de la disparition put être élucidé en octobre 2011. Selon Frans, De Groote avait fait appel à lui le jour de la disparition d’Albana, en lui disant "avoir fait une connerie".

À ce stade, présumé innocent, De Groote est défendu par les avocats Laurent Kennes et Jean-Paul Schonnartz.

L’annonce de la libération avant procès du suspect principal du meurtre d’Albana choque la famille de la victime, et d’abord bien sûr sa fille.