Ces vols engendrent des conséquences importantes sur le trafic des trains: 80% des actes de malveillance ont entraîné des retards et des suppressions. En 2021, Infrabel a dénombré 192 vols de câbles dont 153 ont eu un impact sur le trafic. Il s'agit d'une augmentation par rapport aux 109 faits (avec conséquences sur le trafic) enregistrés en 2020, une année cependant peu représentative en raison des restrictions de déplacement dans le contexte de pandémie. Le gestionnaire du réseau remarque néanmoins une baisse en comparaison avec la moyenne de la période 2018-2020: 315 faits avec un impact sur le trafic ferroviaire avaient été commis en 2018 et 203 en 2019.

Ces faits ont engendré un total de 4.121 minutes de retard sur le réseau (soit 11 minutes par jour) en 2021, contre 3.633 en 2020, 15.358 en 2019 et 51,675 en 2018 (2h20 par jour).

Depuis le début de cette année, le gestionnaire du réseau a déjà recensé 64 faits de vol de câbles.

Ces vols concernent par ailleurs principalement la Wallonie qui englobe 82% des cas l'an dernier, contre 11% en Flandre et 7% en Région de Bruxelles-Capitale. Les lignes les plus touchées sont situées dans les régions "Charleroi - frontière française" et "Liège - frontière allemande".

Pour faire face à ce problème, le gestionnaire du réseau remplace le cuivre par de l'aluminium là où c'est techniquement possible en raison d'une valeur marchande moins importante. Les câbles sont aussi enterrés dans le cadre des nouvelles installations.

Infrabel rappelle également que la justice est particulièrement sévère pour les voleurs de câbles. Récemment, un homme reconnu coupable de cinq vols a écopé d'une peine de 30 mois de prison et d'une lourde amende. Sept jugements pour ce type de délits commis sur le réseau ont été prononcés en 2021.