Faits divers Le prévenu ne s’est pas présenté à l’audience : il a refusé de comparaître et de se faire représenter.

Vivian Cocu devait comparaître ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau pour y répondre de deux tentatives d’enlèvement. Des faits commis les 22 et 28 février 2018 à l’encontre de deux jeunes filles de 12 et 13 ans abordées sur le chemin de l’école à Rochefort et Bertrix. Une audience très attendue à laquelle le prévenu ne s’est jamais présenté. Les avocats qui le représentaient jusqu’alors ont informé le tribunal qu’ils ne le représentaient plus. C’est donc en l’absence du principal intéressé - "un Dutroux en puissance" , rapporte une personne proche du dossier - que les trois juges chargés d’examiner le dossier ont donc décidé de traiter l’affaire.

Il est question de deux tentatives d’enlèvement, toujours selon le même mode opératoire. Vivian Cocu ouvrait la porte de son véhicule pour y embarquer sa victime de force alors que cette dernière se rendait à l’école. "On a évité le pire", souligne Sarah Pollet, représentante du ministère public. "Si les jeunes filles n’avaient pas crié et n’étaient pas parvenues à s’échapper, nous aurions eu affaire à des faits beaucoup plus graves."

Le portrait très ressemblant de Vivian, réalisé sur base du témoignage de l’une des deux victimes avait finalement permis d’identifier l’auteur. Lequel doit également répondre du viol de sa belle-fille alors que cette dernière n’était encore qu’une enfant.

Le rapport d’expertise cité à l’audience décrit une personnalité perverse et psychopathique dépourvue d’empathie, qui assouvit ses pulsions par le viol et autres tentatives d’enlèvement sans rien assumer.

Le ministère public a requis 18 ans d’emprisonnement ainsi qu’une mise à disposition du tribunal d’application des peines de 15 ans. Le jugement sera prononcé le 26 juin prochain.