Faits divers Âgé de 43 ans, il a avoué le meurtre de Thérèse Baugnies.

Dans le quartier de Bomel à Namur, après la découverte, le 30 août dernier, du corps sans vie de Thérèse Baugnies dans son appartement du rez-de-chaussée du 55, chaussée de Louvain, chacun était persuadé qu’il s’agissait d’un meurtre perpétré par un drogué ou un SDF.

La victime, née en 1928, était très gentille et surtout fort généreuse avec les personnes qui n’avaient pas eu de chance dans la vie.

Selon ses proches voisins, elle avait l’habitude de prêter de petites sommes d’argent à ces personnes. Elle aurait souvent reçu chez elle deux SDF qui ont dû sans doute être interrogés par la police.

Le juge d’instruction Olivier Bontyes, du parquet de Dinant, et ses enquêteurs ont fait du bon boulot. Le meurtrier est passé aux aveux. Il a avoué et a été placé sous mandat d’arrêt pour un mois, mandat qui sera sans doute renouvelé.

Le tueur n’est autre que le petit-fils de la victime. Il est âgé de 43 ans. Il ne voyait pas souvent sa grand-mère à cause d’un conflit familial dont certaines sources nous avaient fait mention. Il a tué sa grand-mère en l’étranglant, comme l’avait laissé supposer l’autopsie.

Par contre, on ignore toujours les motivations qui l’ont poussé à se comporter ainsi !

En tout cas, dans le quartier de Bomel, Mme Baugnies laissera le souvenir impérissable d’une dame qui avait toujours un mot gentil pour celui ou celle qui passait sous ses fenêtres qu’elle gardait souvent grandes ouvertes. L’octogénaire éprouvait de grandes difficultés à se déplacer et passait de longs moments, assise, à sa fenêtre.