Les parents et leurs trois enfants périssent suite à un accident dû au verglas près d'Eupen

EUPEN Dimanche vers 9 h du matin, les routes et autoroutes des régions verviétoise, spadoise et eupenoise ont été transformées en patinoire en raison de l'apparition d'un verglas généralisé. Le danger était tel que l'autoroute a dû être fermée entre Liège et Eupen. De multiples véhicules sont allés au fossé, le plus souvent sans énormes dommages; accidents spectaculaires aussi comme celui de ce monospace qui a embouti la rambarde du pont de Melen sur l'E 40 et s'est retrouvé en équilibre au-dessus du vide. Heureusement, les occupants ont pu quitter le véhicule. Dans le zoning de Petit-Rechain (Verviers), une voiture est allée s'encastrer sous la remorque d'un camion en stationnement. L'automobiliste, Mary Schoonbroodt, 45 ans, de Herve, a été très grièvement blessée.

Mais l'accident le plus dramatique s'est produit dimanche peu après 9 h, sur l'E 40 entre le poste frontière germano-belge de Lichtenbusch et Eupen. Une Mercedes 190 occupée par une famille d'origine turque demeurant à Gand venait d'Allemagne et se dirigeait vers Liège quand elle est partie en dérapage sur le verglas.

Alors que les abords de l'autoroute étaient bien dégagés, la malchance a fait qu'elle est allée justement s'écraser contre les poteaux du grand panneau de signalisation annonçant les sorties Eupen et Wel- kenraedt. Le véhicule a littéralement explosé. Des décombres, les secours dégageaient les corps sans vie du conducteur, Haci Cekic (30 ans), Nieuwland 87, à Gand, de son épouse, Gulbeyaz, 31 ans, et d'un de leurs trois enfants, Melisa, 2 ans.

Le frère jumeau de Melisa, Melten, a été transporté dans un état plus que critique au CHU de Liège, tandis que le troisième enfant, une fillette de 9 ans, Gramza, dans un état désespéré, était emmenée en hélicoptère à la clinique d'Aix-la- Chapelle. Tous deux devaient décéder dans la journée.

Régie mise en cause

Sur place, beaucoup mettaient en cause l'intervention tardive des services d'épandage de la Régie des routes, qui aurait pourtant été alertée dès 5 h du matin. Le premier camion ne serait passé à Eupen qu'à 9h 15 (!) et aurait, semble-t-il, négligé le tronçon entre la ville et le poste frontière