Faits divers

L’ex-vice-président de l’Exécutif des musulmans de Belgique est inculpé de détournements de collectes d’argent de fidèles à la mosquée de Saint-Gilles

SAINT-GILLES Le parquet de Bruxelles va poursuivre au pénal, pour malversations, Benjelloul Kissi, ancien numéro 2 de l’Exécutif des musulmans de Belgique et président du centre islamique El Mouhsinin, ainsi qu’Ali Bouzia, secrétaire général de ce même centre islamique dont dépend la mosquée de la rue de Suède, dans la commune bruxelloise de Saint-Gilles. Les deux dirigeants sont inculpés d’avoir détourné pendant huit ans de “nombreuses collectes” ainsi que “des dons de fidèles” obtenus après des “appels à l’aumône” organisés dans la mosquée.

Selon nos infos toujours, le parquet a décidé de les poursuivre aussi pour “faux dans le but de camoufler des détournements d’actifs au préjudice de l’ASBL Centre islamique El Mouhsinin” .

Porte-parole du parquet, la substitute Wenke Roggen confirme que le ministère public demande le renvoi de Kissi et Bouzia devant le tribunal correctionnel.

L’enquête a notamment porté sur une collecte de 34.910 euros organisée dans cette mosquée en faveur du peuple palestinien.

C’est l’aboutissement d’une instruction menée par le juge financier Michel Claise, au départ d’une plainte avec constitution de parties civiles déposée par huit fidèles de cette mosquée, représentés par leur avocat Jean-Jacques Pegorer.

Le parquet a tracé un réquisitoire de renvoi à charge des deux hommes pour : détournements, faux et usage de faux ainsi que plusieurs infractions fiscales et sociales épinglées dans le fonctionnement de l’école coranique liée au centre islamique, notamment lors du paiement des salaires de neuf professeurs d’arabe au moins.

Bien que constatant l’absence de comptabilité en règle pendant plusieurs exercices, le parquet renoncera à poursuivre les deux dirigeants du chef de faux bilan. Sa logique est celle-ci : il ne peut être soutenu qu’un bilan est faux si ce bilan n’existe pas. Pour qu’un bilan soit faux, il faut à tout le moins que ce bilan ait été présenté, ce qui ne fut pas le cas pendant plusieurs années à la mosquée El Mouhsinin.

De 2000 à 2007, la gestion du centre islamique était à ce point opaque que rien n’y était tenu avec les comptabilités et pièces justificatives de rigueur.

En septembre 2007, l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) avait dû démettre Benjelloul Kissi des fonctions de vice-président qu’il exerçait à l’époque. C’était l’effet d’un premier dossier chez le juge d’instruction Claise, dont Kissi avait cependant réussi à se défaire.

Dans le secret de son cabinet, le juge a poursuivi en n’axant plus cette fois les recherches sur l’EMB mais la mosquée de Saint-Gilles. Et c’est ce dossier qui, maintenant, explose.

D’origine algérienne et de nationalité française, Kissi, un ancien boucher certificateur halal, est un homme âgé de 61 ans.



© La Dernière Heure 2012