Quatre brigades des douanes, Menin, Eeklo, Tirlemont et Brasschaat, sont les premières en Belgique à s’essayer à la perception des amendes pénales impayées. Les tests ont commencé. L’objectif de l’expérience en cours est de régler les derniers détails pratiques avant d’étendre cette nouvelle compétence à toutes les brigades sur tout le territoire.

Les douaniers sur le terrain ont déjà tous dans leurs véhicules une base de données des personnes condamnées par les cours et tribunaux à une ou des peines d’amende qu’elles n’ont pas acquittées.

À la date d’hier, cette base de données comporte 198.575 identités. L’objectif, ce sont ces 198.575 mauvais payeurs d’amendes pénales, donc pas seulement les amendes de roulage mais toutes les amendes prononcées par la justice pour autant qu’elles soient devenues définitives.

Leur montant peut être beaucoup plus important que les simples amendes de roulage.

Les condamnés par la justice sont aussi des automobilistes qui empruntent le réseau routier où ils sont vulnérables. C’est l’objectif prochain des douanes: 198.575 mauvais payeurs. Et les premiers tests sont en cours dans quatre brigades pilotes.

Les brigades mobiles possèdent déjà l’équipement : du matériel portable SAIT-Zenitel.

L’arme absolue , c’est le scanner de plaques d’immatriculation qui lit une plaque/seconde quelle que soit la luminosité - jour et nuit et par tous les temps. Pour simplifier, le scan plaques couplé à la base de données signale instantanément les véhicules dont l’immatriculation a pour propriétaire un des 198.575 particuliers répertoriés dans la base des amendes pénales impayées.

L’équipe signale le target par radio Astrid aux collègues chargés de l’interception 500 mètres plus loin.

Des douaniers sont enchantés. "Les premiers jours, disent-ils, nos collègues ont récupéré 50.000 euros."

Ils se désolent en revanche de perdre, à dater du 1er janvier prochain, la compétence de traquer les taxes de circulation impayées, les taxes de mise en circulation et l’eurovignette.

Dans deux mois , cette compétence qui était fédérale devient régionale… et les douanes restant fédérales… ne seront dès lors plus habilitées. "C’est désolant", confie un gabelou liégeois , "puisqu’il s’agit de données que nous possédons. Pour le même travail lors du contrôle d’un véhicule, nous pouvions faire d’une pierre deux coups. Nous avons le matériel. Nous avons la formation. C’était sans doute trop simple. C’est vrai que nous sommes en Belgique."

Dans la base de données des douaniers, il restait, à la date d’hier, 29 octobre 2013, exactement 175.664 taxes de circulation signalées impayées.