Faits divers

Le parquet de Bruxelles a déclaré, jeudi matin, que les explosifs découverts à Anderlecht appartenaient à un ancien militaire russe, décédé en 2011. 

L'homme, G.A., né en 1965, était connu de la police pour port d'armes et décrit comme dans un état psychologique instable.

L'inquiétante découverte avait été réalisée samedi vers 19h30, lors de travaux de rénovation, par le malheureux propriétaire d'un bâtiment de la rue Sergent De Bruyne, dans le quartier populaire Cureghem, à Anderlecht. La découverte du sac (dissimulé sous un escalier) avait eu lieu alors même que le Grand Départ du Tour de France était donné à Bruxelles.

Des produits destinés à la fabrication de bombes artisanales avaient été retrouvés dans un sac, accompagnés d'armes blanches (un couteau ainsi qu'un coup de poing américain).

Le parquet de Bruxelles ajoute que l'empreinte digitale de G.A. a été retrouvée sur la partie interne du scotch formant un étui pour l'un des couteaux retrouvé dans la cache. Dans la mesure où G.A. est décédé en 2011, le parquet de Bruxelles clôturera le dossier après réception des derniers devoirs d'enquête. Mais il n'y a donc aucun lien avec les événements festifs qui se sont déroulés ce week-end à Bruxelles ni avec les dossiers terroristes que la Belgique a connu ces dernières années.