Le 9 octobre, une jeune louve a été tuée sur la N74 près d'Eksel. L'animal a été transféré à Opglabbeek en vue d'effectuer un prélèvement ADN par un scientifique de l'Institut de recherche pour la nature et la forêt (INBO). Le cadavre a ensuite été emmené au centre de recherche de Grammont pour une autopsie et un examen génétique afin de déterminer si le loup faisait partie de la meute de Hechtel-Eksel.

L'analyse des dents a confirmé qu'il s'agissait d'un jeune animal. Les premières dents étaient déjà toutes tombées, mais les dents 'adultes' n'étaient pas encore complètement développées. De plus, la troisième molaire de la mâchoire inférieure n'était pas encore percée. Cela veut clairement dire qu'il s'agissait d'une jeune louve de moins de 6 mois, ce qui correspond à l'âge des petits d'August et Noëlla, précise l'INBO.

L'autopsie a révélé de multiples fractures aux pattes et au bassin ainsi qu'au niveau de la colonne vertébrale et du crâne. Le crâne, en particulier, était gravement endommagé avec des saignements clairs le long des oreilles. L'Institut de recherche pour la nature et la forêt présume que l'animal a été touché de plein fouet à la tête. Il présentait également des lésions internes manifestes aux poumons et au foie.

La jeune louve pesait environ 20 kg et était en bonne santé. Elle avait déjà constitué une réserve de graisse pour l'hiver à venir et était suffisamment bien musclée pour son âge.

Ce lundi matin, une deuxième jeune louve a été retrouvée morte sur la N76. L'animal était légèrement plus lourd et disposait déjà d'un fin duvet d'hiver. L'Institut de recherche pour la nature et la forêt a relevé des blessures similaires sur la femelle telles que des fractures de pattes avant et arrière et de la voûte crânienne, une déchirure du diaphragme et de la paroi de l'estomac: blessures typiques après une collision avec un véhicule. Cette louve était également en très bonne condition, conclut l'INBO.

Le loup Billy, repéré en juin en Campine, probablement abattu dans les Vosges françaises

Le loup Billy, repéré en juin entre autres à Duffel, Grobbendonk et Turnhout, a probablement été abattu dans les Vosges françaises dans la nuit du 22 au 23 septembre. Un test ADN doit confirmer l'information, rapporte Welkom Wolf jeudi. Billy est né dans le Land allemand de Basse-Saxe, à environ 40 kilomètres de la province néerlandaise de Drenthe, selon Welkom Wolf. Après s'être fait remarquer aux Pays-Bas, où 65 moutons ont été tués en deux semaines, il avait franchi la E34 à Oud-Turnhout le 3 juin.

Après avoir également traversé le canal Albert et l'E313, il avait été aperçu à plusieurs reprises, à partir du 6 juin, aux abords de Duffel, Lier (Lierre), Berlaar et Grobbendonk. Là, il avait attaqué une vache.

Le 19 juin, il avait par ailleurs été percuté sur le ring à hauteur de Turnhout, mais avait survécu à l'accident. Le 7 juillet, il avait été remarqué pour la dernière fois en Belgique dans la région des Fourons.

Entre le 11 août et le 23 septembre, Billy s'est vraisemblablement établi dans les Vosges françaises, où 20 moutons et 15 vaches sont mortes.

Dans la nuit du 22 au 23 septembre, des chasseurs français, avec l'autorisation des autorités locales, ont abattu un loup dans la commune du Val d'Ajol. "On n'est pas sûr à 100% qu'il s'agit de Billy, mais son style audacieux est très frappant", estime Jan Loos, de Welkom Wolf.

Pour être sûr qu'il s'agit bien de Billy, l'Institut de recherche pour la nature et la forêt (INBO) a demandé un échantillon d'ADN aux collègues français.