Faits divers Trop peu de véhicules. Pour l’opération de mardi, 14 enquêteurs ont dû prendre le train pour aller à Bruxelles.

"Notre police ressemble de plus en plus à une copie du Gendarme de Saint-Tropez avec Louis de Funès dans le rôle de l’adjudant Ludovic Cruchot."

La phrase était prononcée hier à un journaliste du Het Laatste Nieuws, après cette opération contre un trafic d’êtres humains et une filière de mariages blancs menée mardi dans le quartier Cureghem à Anderlecht à la demande du parquet d’Ypres.

Faute de véhicules de service en suffisance, des policiers de Courtrai, Ypres, Furnes et Bruges… ont dû prendre le train.

Président provincial du syndicat SLFP Police, Florent Platteuw n’hésitait pas à comparer notre police à celle de Saint-Tropez avec les célèbres gendarmes Cruchot et Gerber.

À la police belge , des véhicules usés jusqu’à la corde affichent plus de 200 000 km au compteur.

Mardi, quatorze enquêteurs de la police judiciaire fédérérale ont fait le trajet en train. Un véhicule est juste arrivé à Anderlecht mais pas plus loin. On a dû l’abandonner : panne.

Le SPF Intérieur promet 500 nouveaux véhicules pour 2023. "Et d’ici là ?, soupire Florent Platteeuw. On doit se déplacer à cheval et en charrette ou faire le job à pied ?"