Les perquisitions se sont révélées positives. Les détournements sont avérés

HERSTAL Comme nous le révélions dès mercredi sur notre site Internet, quatre policiers de la zone de police de Herstal ont été inculpés pour recel, abus de position, faux et usage de faux. On leur reproche d’avoir fait main basse sur des objets qui étaient saisis lors de diverses enquêtes et qui devaient rejoindre les greffes du palais de justice.

La police des polices a mené des perquisitions aux domiciles des intéressés et sur leur lieu de travail. Des objets ont été retrouvés.

Tout a commencé il y a quelques mois lorsqu’on s’est aperçu qu’un ordinateur saisi chez Benoît Crahay, un policier de la zone herstalienne, avait une origine plus que douteuse. Crahay est rapidement passé aux aveux. Il a expliqué que l’ordinateur avait été volé sur les lieux d’un meurtre. Et, en matière de meurtre, l’homme s’y connaît bien puisqu’il est en détention préventive à Lantin, après avoir abattu son ex-femme.

Une enquête a été initiée, aboutissant aux perquisitions et inculpations de cette semaine.

Si trois des policiers ont été inculpés et un quatrième placé sous mandat d’arrêt, c’est parce que les trois premiers auraient arrêté leur trafic voici plusieurs mois voire années, alors que le quatrième a mis des objets détournés en vente sur Internet voici quelques semaines à peine.

Signalons aussi qu’on a retrouvé chez ce dernier un synthétiseur avec une étiquette sur laquelle était indiqué : saisie parquet .

L’homme nie pourtant, expliquant qu’il gardait l’appareil chez lui puisqu’on ne lui avait pas dit d’aller le déposer au greffe. Les trois autres sont en aveux partiels, dans la mesure où ils minimisent l’importance. Ceci dit, les policiers ont retrouvé sur un site de vente de nombreuses traces d’objets mis en vente par les intéressés.

Toute la difficulté réside à dresser un inventaire des objets retrouvés, de ceux qui auraient pu être revendus, de ceux qu’il faut ramener aux greffes et enfin de retrouver les éventuels préjudiciés qui auraient dû retrouver leur bien.



© La Dernière Heure 2013