Dans une affaire de roulage, ils ont été piégés par Facebook alors qu’ils affirmaient sous serment ne pas se connaître

LIÈGE On ne se rend pas toujours compte de l’impact que peut avoir l’étalage de sa vie privée sur les réseaux sociaux tel Facebook. En effet, les profils des personnes sont de vraies mines d’or et provoquent parfois de miniséismes aux audiences judiciaires.

C’est ce qui s’est passé devant la juge Isabelle Cabus dans un dossier de violence routière entre deux femmes. Le 28 novembre 2008, Danielle s’en serait violemment prise à Mélanie. Après un carrefour, les deux femmes se seraient disputées et Danielle aurait été jusqu’à traîner Mélanie par les cheveux. Mais Danielle prétend que c’est Mélanie qui l’a agressée. Elle a d’ailleurs expliqué qu’elle avait deux témoins qui n’ont pas été entendus.

Le premier témoin, Steve, a expliqué, sous la foi du serment, que c’était Mélanie qui avait eu un comportement dangereux et avait agressé Danielle. Une version totalement confirmée par Sabine, une autre témoin.

Après avoir demandé aux témoins de confirmer qu’ils n’avaient aucun lien entre eux, ni avec la prévenue, Me Valérie Rixhon, l’avocate de Mélanie, a déposé des photos issues de Facebook et montrant les témoins en train de s’embrasser à pleine bouche !

L’avocate a également demandé à Steve si la prévenue était la marraine du demi-frère de son fils, ce qu’il a confirmé… Les intéressés ont également dû admettre qu’ils s’étaient rendus ensemble à l’enterrement de cet enfant…

La juge, qui a trouvé les images d’une “clarté époustouflante”, a décidé de remettre le dossier pour permettre aux parties de conclure sereinement…



© La Dernière Heure 2010