Faits divers Le père de Patricia Finné a été abattu par les tueurs du Brabant sur le parking d’un Delhaize.

"Votre article (de mardi) m’a interpellée, commence Patricia Finné. Vous posiez des questions. Je m’en pose beaucoup."

Il y a eu trente-quatre ans en septembre, Patricia perdait son père, Léon Finné, sur le parking du Delhaize d’Overijse, en face du libraire, dix-neuvième des 28 victimes tuées des tueurs du Brabant. Patricia Finné en a fait le combat de sa vie, encourager la vérité dans "un esprit constructif, sans déclaration qui puisse nuire à l’enquête".

Elle connaît le dossier auquel elle a eu accès au palais de justice de Charleroi. Elle qualifie de "conviviales" mais "insuffisantes" ses relations avec Mme Michel, la juge d’instruction en charge. "Les contacts sont devenus très espacés." Peut-elle parler de "contacts" alors qu’il n’y en a pas eu un cette année ? Et qu’elle n’en a eu aucun non plus avec le parquet fédéral "qui promettait des réunions des familles régulières".

(...)