Faits divers Marc Uyttendaele, qui les défend, dénonce : "Le bon fonctionnement de la justice est entravé par une personne censée l’assurer !"

Après avoir interdit à la juge Anne Gruwez de s’exprimer et de se déplacer aux Magritte et aux César, affaire révélée par La DH le 21 janvier dernier, Luc Hennart s’attire à nouveau des critiques, avec une décision surprenante, visant cette fois les interprètes assermentés par la justice. Il refuse tout simplement de payer plusieurs d’entre eux.

En cause ? Leurs horaires ! Le président du tribunal de première instance de Bruxelles n’accepte pas les prestations rentrées par plusieurs interprètes sous prétexte qu’elles ont lieu les soirs et week-ends. Mais la criminalité ne s’arrête pas aux heures de bureau. Surtout celle qui nécessite des écoutes téléphoniques. Pour qu’un juge d’instruction en ordonne, on se situe toujours dans d’importantes affaires comme du grand banditisme ou du terrorisme. Et c’est là que les interprètes interviennent, sous ordre d’un juge d’instruction.

(...)