Faits divers La sœur du petit garçon aurait également été visée lors de cette incroyable agression.

La chambre du conseil de Liège a décidé de l’internement de Tatyana H., 48 ans, une mère de famille qui est inculpée de l’assassinat de son fils Ivan, 11 ans, et de la tentative d’assassinat de sa fille alors âgée de 15 ans à Ougrée, près de Liège.

La mère de famille ne serait pas pénalement responsable de ses actes. Elle présenterait un danger pour elle-même et autrui qui nécessiterait son internement.

Pour rappel, dans la nuit du 9 au 10 septembre 2017, peu avant 3 h 30, Tatyana se serait rendue dans la chambre de son fils armée d’une hache. L’enfant a reçu plusieurs coups de hache dont un dans la nuque. Des blessures qui ne lui ont laissé aucune chance.

La sœur de la victime s’est levée et a découvert cette scène d’horreur. Elle a réussi à s’enfuir alors que sa mère tentait également de l’agresser.

Les voisins de la maison avenue du Centenaire à Ougrée ont été réveillés par les cris. La jeune fille hurlait : "Maman, je ne veux pas mourir !" Un voisin a porté secours à la jeune fille.

Pendant ce temps , la mère a quitté les lieux en voiture. Elle a pris la fuite et a été interpellée à Amay alors qu’elle se dirigeait vers Huy.

Le voisin qui a secouru la jeune fille est entré dans la maison pour tenter de secourir le petit garçon. "Elle était effrayée, sous le choc", a déclaré l’homme. "Elle me demandait ce qu’elle allait faire, où elle pourrait aller. Je suis entré à l’intérieur pour voir comment allait le petit Ivan. Je l’ai pris par le bras et c’est là que j’ai vu tout le sang… puis j’ai vu sa nuque, je n’avais jamais vu cela."

Tatyana, qui est très croyante, s’est retrouvée veuve il y a environ 6 ans et serait tombée en dépression. Ses déclarations étaient teintées "d’un mysticisme religieux". Elle a avoué être l’auteur des faits. Elle aurait déclaré qu’elle pensait être atteinte d’une maladie incurable qui allait, à court terme, provoquer son décès.

Selon ses déclarations, elle n’aurait pas souhaité laisser ses enfants seuls dans le monde tel qu’il est actuellement.

Plusieurs jours avant les faits, elle avait acheté deux haches.