Un entrepreneur anversois estime que le tweet de l'expert ainsi que sa communication manquant de clarté lui ont porté préjudice et réclame une indemnisation de 5.000 euros. L'entrepreneur et commissaire du gouvernement désigné par la N-VA Rudi De Kerpel a entamé une procédure civile contre Marc Van Ranst, estimant que les recommandations de ne pas se rendre à Anvers, publiées sur Twitter le 25 juillet par le virologue, lui ont porté préjudice. Cinq autres entrepreneurs flamands envisageaient des poursuites judiciaires mais seul M. De Kerpel a introduit une action devant le tribunal.

"Les déclarations de M. Van Ranst ont causé des dommages économiques à mon client", a déclaré l'avocat de l'entrepreneur, Walter Damen. "Il veut, par ailleurs, imposer une politique et communication corona efficace mais cette dernière n'est vraiment pas bonne et nuit aux entrepreneurs. Festivals, voyages, horeca... De nombreux secteurs sont soumis à des mesures, mais celles-ci évoluent constamment. Les gens ne savent plus quoi penser et restent à l'écart (d'Anvers)."

Selon M. De Kerpel, le virologue flamand est partiellement responsable de l'échec de la politique de communication. L'évolution constante de cette dernière et des opinions sur la situation actuelle serait, selon l'entrepreneur, source de confusion.

Marc Van Ranst a qualifié la procédure judiciaire de "perte de temps". "Ceci me fait perdre du temps, j'ai pleinement confiance en une issue positive et je souhaite à tout prix être présent lors du traitement du dossier en novembre", a affirmé le virologue.

Le dossier sera traité le 3 novembre.