Les policiers, prévenus par les riverains du tapage dans le parc, ont dû faire demi-tour. Le bourgmestre de Forest leur a demandé de laisser la fête se poursuivre. Stéphane Roberti dément, de son côté

Les rassemblements sont toujours interdits, malgré le déconfinement progressif, faut-il encore le signaler. Et pourtant, cela n'a pas empêché l'organisation d'une fête vendredi soir dans le parc de Forest, situé non loin du parc Duden. Entre 300 et 500 personnes étaient présentes dans le parc. La fête battait son plein, à tel point que de nombreux riverains ont alerté la police du tapage nocturne engendré. Lorsque les policiers sont arrivés sur place, ils ont constaté en effet le rassemblement important organisé illégalement dans le parc. Ils en ont alors averti leur hiérarchie. Mais les voilà repartis comme si de rien n'était, quelques minutes plus tard. Et pour cause, plusieurs sources nous rapportent que le bourgmestre de Forest, Stéphane Roberti (Ecolo), a tout simplement ordonné aux policiers présents de ne pas intervenir !

Les policiers ont donc fait demi-tour. Non sans susciter l'incompréhension totale des riverains qui ont assisté à la scène. "C'est navrant de constater que certains estiment tout simplement que le Covid a disparu et qu'il n'y a plus lieu de respecter les règles. Surtout quand cela vient des autorités. Ce n'est pas le seul cas en plus. A Saint-Gilles, c'est pareil. On ne compte plus les rassemblements et on ne fait plus rien pour les empêcher", nous confie un autre policier qui n'était pas présent vendredi soir mais qui a également été informé du déroulement de la soirée.

Le bourgmestre Stéphane Roberti dément avoir donné aux policiers l'ordre de ne pas intervenir. "Il est vrai que jeudi dernier j'ai décidé, et je l'assume totalement, de demander aux policiers de lever le pied concernant les mesures de l'arrêté ministériel, qui interdisait les personnes de se promener à plus de trois dans un parc ou de s'asseoir sur un banc. J'estime que cette mesure n'a plus vraiment lieu d'être. Je n'ai par contre jamais donné l'ordre aux policiers de ne pas intervenir", assure-t-il.