Faits divers

“C’est quand ils sont grillés ou sur un barbecue qu’ils sont les meilleurs”, expliquait hier matin le chef-coq Jos Hubau, 34 ans, en annonçant qu’il allait mettre de l’écureuil gris sur sa carte à partir de la semaine prochaine dans son restaurant de Kluisbergen.

Et cela après qu’au Royaume Uni, où cet animal est en surpopulation, l’autorisation vient d’être donnée de le servir en guise de nourriture.

Jos Hubau lui-même qui a pu goûter voici quelques années à ce petit animal l’a trouvé “absolument délicieux”.

Mais ceux qui voudraient connaître une pareille expérience culinaire peuvent s’épargner un détour jusqu’à Kluisbergen. Car lorsque des journalistes flamands ont voulu réserver une table hier midi, ils sont tombés sur un chef très inquiet. “Le plan est changé. Il n’y aura sûrement pas d’écureuil au menu. Sitôt après mon interview à une chaîne de radio, mon téléphone a sonné. Et je ne savais pas ce qui m’attendait en ouvrant ma boîte de mails. En l’espace de deux heures, j’ai reçu pas moins de vingt menaces ! La plupart anonymes, qui allaient de Bourreau d’animaux à Je saurai bien te trouver ! Mais le pire, c’est qu’on menaçait de s’en prendre à ma femme et mes enfants. Et ça, je ne le supporte pas. Nous avons déjà vécu un grave drame familial voici quelques années et je ne sais pas ce que je deviendrais s’il leur arrivait quelque chose. Même mon restaurant, je peux le remplacer mais pas ma femme ni mon fils. Si javais pu prévoir tout ce psychodrame, je n’aurais jamais eu une idée pareille. Ma femme a très peur. je vais bientôt devoir me rendre à une dégustation de whisky et je n’ose pas la laisser seule”.

Jos Hubau n’a pourtant pas l’intention de porter plainte. “Tout ce que je souhaite, c’est que cette agitation retombe au plus vite. Même si je pense que toutes ces menaces sont causées par de l’ignorance. Je n’avais pas l’intention d’aller chasser moi-même ces écureuils. De ma vie, je n’ai jamais tenu un fusil en mains”.

Chez le grossiste pour horeca de Gand, ISPC, qui vend les écureuils à 6 euros par exemplaire de 300 grammes, on se montre étonné. “Parce que les écureuils font partie de notre offre depuis trois ans et que nous n’avons jamais eu le moindre problème, explique Michaël De Troyer, responsable chez ISPC pour la volaille et le gibier. En Angleterre, on trouve même les écureuils dans les magasins d’alimentation traditionnels. Il ne s’agit pas de l’écureuil roux, d’origine britannique, qui est protégé en Belgique mais de l’écureuil gris, qui a émigré des Etats-Unis vers l’Angleterre et dont le nombre doit être régulé avant qu’il ne menace la population des écureuils roux. C’est pourquoi ils peuvent être capturés et mangés. Leur chair est quasi identique à celle du lapin sauvage et convient parfaitement aux restaurants. Il faut tout de même préciser que pour l’instant, nous ne fournissons à aucun restaurant. Ceux qui ont mis de l’écureuil à la carte n’ont pas rencontré beaucoup de succès et ont dû renoncer. Et avec cet incident, cela ne va sans doute pas s’améliorer. Même si tout est parfaitement en ordre d’un point de vue légal”.