Le parquet réclame dans son réquisitoire le renvoi des trois inculpés, Hassan Iasir (32), Nourredine Cheikni (31) en Galip Kurum (30) vers la Cour d'Assises


BRUXELLES Les plaidoiries devant la chambre du conseil de Bruxelles, dans l'affaire du meurtre de la jeune policière Kitty Van Nieuwenhuyzen (23) tuée dans la nuit du 3 au 4 décembre 2007 à Lot (Beersel) ont été remises aux 24 et 25 juin prochains. Le report d'audience a été sollicité vendredi tant par les avocats de la défense que des parties civiles, en raison du dépôt tardif, jeudi soir, de nouvelles pièces dans le dossier. Il manquerait également des traductions dans le dossier.

Le parquet réclame dans son réquisitoire le renvoi des trois inculpés, Hassan Iasir (32), Nourredine Cheikni (31) en Galip Kurum (30) vers la Cour d'Assises.

La chambre du conseil de Bruxelles devra se prononcer sur un éventuel renvoi du dossier vers le tribunal correctionnel ou vers la Cour d'Assises. Dans ce cas, elle lancera la procédure de mise en accusation en vue de saisir la chambre des mises en accusation qui statuera à son tour sur un éventuel renvoi de l'affaire devant les Assises.

Le parquet avait indiqué fin février que l'instruction était clôturée et que le dossier du juge d'instruction Olivier Anciaux avait été transmis au parquet afin que ce dernier prépare ses réquisitions. Du côté de la défense, on estime que l'instruction n'est pas encore terminée et on réclame des devoirs d'enquêtes complémentaires. Les avocats des trois inculpés considèrent que l'enquête a été bâclée et que les enquêteurs ont trouvé à tout prix des coupables.

Kitty Van Nieuwenhuysen est intervenue dans la nuit du 3 au 4 décembre 2007 dans le cadre d'un homejacking commis à Lot et a été la cible de balles tirées par les malfrats qui tentaient probablement de voler un véhicule. Le collègue de la jeune policière, Peter Van Stalle, a également été touché et a été grièvement blessé.

Les trois suspects, interpellés par la police le 19 janvier 2008, ont été placés sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction bruxellois Thierry Freyne et inculpés de meurtre pour faciliter le vol, de vol à l'aide de violence avec circonstances aggravantes, d'organisation criminelle et d'incendie volontaire de bien mobilier. Un dossier connexe visant un homejacking commis à Roux (Charleroi) a été joint à celui du meurtre de la jeune policière.

L'un des trois inculpés, Hassan Iasir devait être remis en liberté le 12 décembre 2008 faute d'une décision prise dans les délais légaux par la chambre des mises en accusation à propos de la prolongation éventuelle de sa détention préventive. Il avait été libéré le dimanche soir avant de se voir signifier par des policiers, à la sortie de la maison d'arrêt, une privation de liberté dans le cadre d'un nouveau dossier visant une trentaine de faits de violence commis en Wallonie.

Les avocats de Noureddinne Cheikhni estiment que l'instruction est menée uniquement à charge de leur client. Une centaine de traces d'ADN ont été relevées dans la voiture Volvo noire abandonnée sur le lieu de la fusillade et une vingtaine de profils n'ont pas été identifiés, affirment-t-ils.

Le conseil de M. Cheikhni a porté plainte contre le professeur Deforce pour violation de la loi du 22 mars 1999 relative à la procédure d'identification par analyse ADN.

Seuls les noms des trois suspects, qui n'étaient alors pas encore inculpés, ont été transmis par la police au professeur Deforce, qui dispose d'une banque privée de données ADN, afin de vérifier si leurs profils ADN pouvaient correspondre aux traces d'ADN retrouvées dans la voiture, dénoncent les avocats qui rappellent que seul l'INCC (Institut National de Criminalistique et Criminologie) est autorisé par la loi à effectuer des comparaisons entre des profils ADN récoltés dans une enquête et ceux de personnes établis antérieurement dans d'autres affaires.

© La Dernière Heure 2009