Faits divers

Dans son livre Entretien à Molenbeek, l’échevine Annalisa Gadaleta (Ecolo-Groen) désire briser certains tabous de la gauche

"Il y a un patriarcat typique (Molenbeek, NdlR) des sociétés rurales, mais transposé dans une métropole ! On peut remarquer que ceux qui viennent ici, provenant d’un endroit rural, sont de nature à reproduire certains modes de vie : des petits groupes, des clans… Par exemple, il nous a été très difficile de faire comprendre que, pendant la fête du sacrifice, on ne pouvait pas égorger de moutons dans les maisons", explique, dans un livre qui vient de paraître, l’échevine molenbeekoise Annalisa Gadaleta (Ecolo-Groen).

Un ouvrage intitulé Entretien à Molenbeekdans lequel l’édile écologiste, en charge notamment des Affaires néerlandophones, explique vouloir en finir avec certains tabous de la gauche.

"Le repli identitaire ? C’est un phénomène que nous avons remarqué au cours des dix dernières années. Il s’est vraiment renforcé en rue et dans les magasins. On se croirait au Maghreb, mais nous n’y sommes pas !", répond-elle dans un livre de questions-réponses avec un sociologue italien. C’est à la demande de ce dernier que l’ouvrage a vu le jour. "L’immigration, c’est un phénomène récent en Italie. Il cherchait à en savoir plus sur Molenbeek. Je sais que certaines choses que je dis feront réagir, mais il est temps de lancer le débat."

Pour l’élue Ecolo-Groen, le contrôle social sur une partie des femmes d’origine étrangère est très fort dans la commune, empêchant celles-ci de s’émanciper. "Une amie m’a raconté que souvent, les familles encouragent les fils à trouver une épouse au Maroc. Celles-ci sont jugées plus conformes aux valeurs de la tradition", lit-on dans le livre.

Pour Annalisa Gadaleta, il est urgent de permettre à ces femmes de ne plus rester chez elles. "L’existence de tant de familles nombreuses peut s’expliquer aussi par notre système d’allocations familiales qui favorise celles-ci. Ce système a eu ses raisons en son temps, mais un débat devrait avoir lieu sur la pertinence de le conserver", explique-t-elle.

Enfin, pour aider les Molenbeekois à s’intégrer, il faut rendre les cours de langue et le parcours d’intégration obligatoires. "C’est le cas en Flandre depuis longtemps."


Le livre est disponible à la vente au prix de 12€ sur le site www.radicifuture.it/shop-3/