Soulaimane Jamili a-t-il voulu se suicider, ou voulait-il échapper aux agents de police quand il a été écrasé par le métro à Osseghem, vendredi ? Selon le parquet, tout porte à croire que l’adolescent de 14 ans s’est consciemment jeté sous le métro.

La famille, de son côté, n’y croit pas. Elle rejette la faute sur la police et a décidé d’introduire une plainte à son encontre. "Nous voulons qu’une enquête approfondie ait lieu et que les agents soient punis pour leur faute", assure Mohamed Jamili, le papa. "En entendant que mon fils se serait consciemment jeté sous le métro, j’ai l’impression qu’il est mort deux fois", déclare-t-il. "Je suis certain que Soulaimane voulait fuir les agents. Ils l’ont traité comme un criminel et il a en conséquence ressenti beaucoup de pression. La fuite est donc apparue comme la seule issue. Les agents ont la mort de mon fils sur la conscience."

Le garçon, originaire de Laeken, a été contrôlé vendredi en compagnie d’un ami et d’une amie après avoir, selon la police, causé des troubles à l’intérieur de la station de métro. Ils auraient couru vers les quais et auraient ouvert la cabine de conducteur d’un véhicule à l’arrêt.

Selon Youssef Archich, oncle de la victime et ancien employé de la Stib, cette version de l’histoire est incomplète. "La fille avec qui Soulaimane se trouvait dans la station a dit qu’elle était allée sur les rails pour récupérer son sac qui y était tombé. Trois membres de l’équipe d’intervention de la Stib sont alors arrivés, mais le problème a été vite résolu. Trois agents de la police des chemins de fer sont aussi venus. Ils ont fouillé les trois jeunes et ont trouvé un couteau dans les affaires de la fille", raconte l’oncle. "Comme Soulaimane n’avait pas sa carte d’identité, ils ont voulu lui mettre une amende et appeler ses parents. Ils l’ont aussi accusé d’avoir couru sur les rails. Soulaimane a alors dû paniquer et a pris la fuite."

Agnès Reis , porte-parole de la police fédérale, a précisé que les images des caméras de surveillance avaient été transmises au parquet. "L’enquête montrera exactement ce qu’il s’est passé, mais il apparaît qu’il n’y a pas eu de problème pendant le contrôle. Le mineur n’avait pas sa carte d’identité et il est normal dans ce cas de donner une amende et de prévenir les parents. Il n’y aura pas d’enquête interne. Si la famille introduit une plainte, elle sera traitée sérieusement."