Asa met son handicap en avant pour plaider l’erreur judiciaire

CHARLEROI Appelé à comparaître pour vol de métaux devant le tribunal correctionnel de Charleroi, Asa s’avance vers le président Coppée. Sa tête dépasse à peine la barre, mais le jeune Yougoslave de 24 ans, atteint de nanisme, n’en perd pas pour autant ses moyens. C’est en effet avec conviction qu’il plaide l’acquittement.

Et son handicap, il en fait un argument.

Asa est poursuivi pour avoir dérobé des mitrailles, il y a 5 ans, au sein de la société Léonard de Charleroi. Avec des complices, il aurait été pris en flagrant délit par le garde de sécurité. Mais le jeune homme, condamné à 6 mois de prison ferme par défaut, revient sur opposition et clame son innocence. “Si je devais voler des poutrelles métalliques et des plaques d’acier galvanisé, je ne prendrais pas mon client comme complice”, a lancé Me Philippe Balleux, son conseil. “Asa Petrovic est aisément reconnaissable. Or, dans ce dossier, personne ne parle de sa particularité physique.”

Pour Me Balleux, un autre membre du milieu gitan a donc pu usurper son identité. Il en veut pour preuve cette différence de signature entre la première déposition du suspect et un autre document officiel paraphé quelques mois plus tard. “On se trompe de personne” , ajoute Me Balleux, qui y voit là un problème… de taille puisque son client a déjà purgé deux mois et demi de prison pour un crime qu’il n’aurait pas commis.

Pour le substitut De Brackeleer, les choses sont pourtant claires : le gardien qui a surpris les voleurs de métaux parle effectivement d’un nain. “Et en plus, le suspect intercepté ce jour-là donne son identité et son lieu de naissance exacts”, a lancé le ministère public. “Je demande donc que la peine soit confirmée.”

Me Balleux n’en démord pas : Asa doit être acquitté. D’autant que le prévenu a déjà vu son identité usurpée dans un autre dossier pendant, où il est poursuivi pour… le braquage d’un commerce à l’aide d’un couteau. “Et là non plus, la victime ne fait pas état de sa petite taille. Or, c’est la première chose que l’on voit.”



© La Dernière Heure 2010