Nathalie Flaba a reconnu avoir abattu son mari, Didier Prospero.

Le 24 mars dernier, les trois enfants de Didier Prospero effectuaient la plus terrible des découvertes en rentrant de l’école. Dans la salle de bain de leur villa isolée du chemin du Champs de la Truie, à Froidchapelle, gisait le corps de leur papa, abattu de plusieurs balles de calibre 22. Le chien, qui gardait la maison, un berger de Beauce de belle taille, avait subi un sort identique.

Didier Prospero était un homme sans histoires. Patrouilleur pour la société G4S, ce Froidchapellois de 45 ans était un bon vivant, amateur de tennis de table et marcheur à la Saint-Remfroid d’Oret. Que l’on ait pu venir le trouver dans sa maison isolée pour l’assassiner, au beau milieu des campagnes de la Botte du Hainaut, témoignait d’une incroyable détermination. À moins que le tueur ne figure parmi les proches de la victime…

Dès le départ, les enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Charleroi ont suivi cette piste familiale. Aucune effraction n’avait été constatée sur place et rien n’avait été volé. L’hypothèse d’une agression ou d’un cambriolage mortel a donc été écartée d’emblée. Par contre, des indices avaient pu être prélevés sur les lieux et soumis aux expertises. Celles-ci ont livré leurs résultats durant les vacances de Pâques et ont mené droit à Nathalie Falba, l’épouse de Didier Prospero.

Convoquée ce mardi à la PJF, cette dernière a été confrontée aux éléments de preuves et est aussitôt "passée à table". La suspecte a reconnu avoir tué son mari avec l’arme que le couple possédait légalement. Mais elle nie avoir prémédité son geste.

On sait que le couple vivait une très mauvaise passe : outre les aléas classiques de la vie conjugale, Didier et Nathalie devaient faire face à des difficultés financières conséquentes. Les disputes étaient donc fréquentes et, selon l’épouse, Didier aurait eu des mots très durs envers elle. Il aurait même, dit-elle, proféré des menaces. La victime étant décédée, cette version ne pourra jamais être contredite. Mais les aveux de Nathalie Falba sont là. Les enquêteurs estiment toutefois que le crime était mûrement réfléchi et que l’épouse de Didier avait décidé d’en finir depuis un certain temps.

C’est également la conviction du juge d’instruction, qui a inculpé l’intéressée d’assassinat avant de la placer sous mandat d’arrêt. Il semble que certains éléments du dossier confirment cette préméditation, mais ce débat-là aura probablement lieu devant la cour d’assises. En attendant, les trois enfants de Didier Prospero, déjà privés de leur père, voient aujourd’hui leur maman incarcérée. Pour cette petite famille, le drame est insondable.