Faits divers

Pour la première fois sous la Ve République, un ancien président sera jugé pour corruption en France : la justice a définitivement validé le renvoi de Nicolas Sarkozy devant le tribunal correctionnel dans l’affaire dite des "écoutes". 

La Cour de cassation a rejeté mardi les derniers recours formés par l’ancien chef de l’État, son avocat Thierry Herzog et l’ex-haut magistrat Gilbert Azibert qui tentaient d’éviter un procès. Le procès de Nicolas Sarkozy, sur lequel pèse par ailleurs la menace d’un procès pour "financement illégal" de sa campagne de 2012, devrait se tenir dans les prochains mois.