"Je ne me sens pas victime. J’ai pris cela comme une expérience", assure Stéphane (prénom d’emprunt). "Cela n’a pas changé mon orientation sexuelle, ça m’a juste intrigué. Donc, j’ai essayé avec un mec, puis avec une fille et je préfère les filles."

"Je pense que s’il n’y avait pas eu tout ça, je n’aurais jamais eu les expériences que j’ai eues par la suite", poursuit Jonathan. "Comme je l’ai dit dans ma déposition, quand il n’y a rien à se mettre sous la dent (sic) , un homme ne me dérange pas. Je suis bisexuel complètement. Cela a eu une influence mais, en même temps, ce n’est pas Fred qui m’a dit de sortir avec d’autres hommes. En plus, ce n’est pas notre vrai père et, dans un sens, on ne s’en comporte que mieux."

Toujours est-il que sans l’aide de Dominique, l’un de leurs amis âgé de 52 ans, nos demi-frères n’auraient sans aucun doute jamais pipé mot... "Pour que la vérité éclate, j’ai dû surprendre une discussion entre Ismaël et Jonathan. Ismaël ne voulait pas aller dormir chez Fred, le beau-père de Stéphane, et s’était écrié : Souviens-toi : il m’a tripoté ", explique Dominique. "Ensuite, j’ai pris à part Ismaël pour l’interroger. Il m’a d’abord dit que ce n’était rien, mais j’ai insisté et, en creusant, j’ai pu comprendre que Stéphane et Jonathan avaient été abusés pendant de longues années."

"J’avais 15, 16 ans quand cela s’est passé", se remémore Ismaël. "Je dormais dans le même lit que Stéphane et Fred dormait au milieu. Durant la nuit, je me suis réveillé après avoir senti une main qui m’avait d’abord touché l’épaule puis les fesses, par dessus mon slip. Fred a voulu aller plus loin, mais je lui ai gueulé dessus et il s’est arrêté. J’ai fini la nuit dans le lit voisin."

Dominique décide en conséquence de tirer cette affaire au clair. "On parlait de nos relations et de tout ce qui s’ensuit. À un moment donné, j’ai regardé Stéphane droit dans les yeux en lui disant : Je suis sûr que tu as couché avec Fred. Et ce qui m’a choqué , c’est le ton désinvolte sur lequel il m’a répondu : Ben, ouais . Cela lui paraissait tellement normal", se désole Dominique.

Celui-ci réussit par la suite à leur faire comprendre que le comportement de Georges Vernaeve a été tout à fait anormal à leur encontre et s’inquiète lorsqu’il découvre qu’une nouvelle proie, âgée de neuf ans, est dans les pattes du pédophile tous les week-ends. "C’est pour cette raison que j’ai illico tiré la sonnette d’alarme. J’ai déposé plainte. Ensuite, Jonathan, Ismaël et Stéphane se sont présentés à tour de rôle au commissariat." Et Dominique de s’insurger : "Quand on a remis ce gars en liberté, il n’y a pas eu le moindre suivi. Ils lui ont offert sur un plateau son beau-fils et son demi-frère."