L'instruction d'audience se poursuivra encore mardi après-midi.

"Oui, j'ai combattu", a avoué Rachid Benomari, prévenu de terrorisme, mardi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. "J'ai participé à un guet-apens mortel avec les forces Al-Shabab", a-t-il déclaré. Rachid Benomari, âgé de 41 ans, est prévenu d'avoir intégré en 2011 et 2012 les milices terroristes Al-Shabab en Somalie et d'avoir incité plusieurs Belges musulmans à suivre son exemple. "Oui, j'ai combattu. J'ai participé à un guet-apens mortel avec les forces Al-Shabab en Somalie contre l'AMISOM [mission de l'Union africaine en Somalie]", a avoué Rachid Benomari, mardi, devant ses juges.

Il s'agit, selon le rapport des interrogatoires du prévenu lu à l'audience, d'un acte qui avait causé la mort d'au moins trente personnes.

Lors d'une commission rogatoire en 2013, à Mombasa, au Kenya, où Rachid Benomari était alors détenu, celui-ci avait nié avoir pris part à des combats. Mais en juillet dernier, lorsqu'il a été ré-entendu par les enquêteurs en Belgique, il a changé de version et a avoué avoir pris les armes en Somalie.

Toutefois, Rachid Benomari conteste avoir fait partie d'un groupe terroriste, que ce soit comme dirigeant ou comme membre. "Je suis un combattant pour défendre l'Islam, c'est tout. Je ne fais partie d'aucune organisation", a-t-il déclaré.

Rachid Benomari avait été condamné par défaut en mai dernier à 20 ans de prison par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Il est aujourd'hui jugé sur opposition.