Faits divers Nouvelle campagne choc de Gaia contre une pratique toujours généralisée chez les éleveurs belges

BRUXELLES Gaia a rendu publique mardi une nouvelle vidéo, tournée en caméra cachée, dans un élevage porcin en Flandre. On y voit l'éleveur castrer à vif un porcelet, à l'aide d'un scalpel et d'une pince, avant de désinfecter sommairement l'animal, qui hurle, et de passer au petit cochon suivant.

"Chaque année en Belgique, dans l'indifférence des éleveurs et sans que les consommateurs le sachent, plus de 5 millions de porcelets sont castrés à vif, comme cela, dans une douleur indescriptible. Vous avez entendu les cris de ces animaux ?", dénonce Michel Vandenbosch, qui annonce que cette campagne n'est que le début d'un combat contre les éleveurs de porcs qui ne respectent pas leurs engagements. "Il existe des alternatives, que les éleveurs devaient appliquer dès le 1 er janvier 2006. Ils ne l'ont pas fait. Des actions suivront tant que le secteur ne bougera pas", ajoute le président de Gaia.

Pourquoi castre-t-on les porcelets ? Sans cette opération, le porc mâle une fois adulte donne une viande qui peut avoir une odeur de fumier ou d'urine lorsqu'on la cuit...

Fin 2002, le ministère du Bien-être animal signe un accord avec les éleveurs de porcs en Flandre et en Wallonie pour mettre un terme, dès janvier 2006, à la castration sans anesthésie et, dès 2009, à la castration chirurgicale, remplacée alors par l'injection d'un produit d'immunoneutralisation, qui empêche le développement des testicules. Fin 2006, Gaia constate que la première étape, la castration sous anesthésie, n'est toujours pas en vigueur. Les représentants des éleveurs (lire ci-dessous les explications de la Fédération wallonne de l'agriculture) expliquent qu'aucun produit agréé n'est disponible sur le marché. "Ces produits, à base de lidocaïne, existent pourtant bel et bien. Ils sont utilisés en Norvège et aux Pays-Bas pour anesthésier les porcs. Pourquoi pas ici ? Gaia a proposé aux éleveurs d'aller faire pression chez les ministres compétents pour faire avancer l'agrément. On attend toujours leur réponse", commente Michel Vandenbosch.

À côté de la diffusion d'images chocs, Gaia a choisi une autre manière plus étonnante de communiquer : un morceau de musique. Un vrai groupe rock, baptisé Pigs In Pain, a été constitué pour l'occasion et diffuse son CD, Why the pain, sur plusieurs stations radio et télé du nord et du sud du pays.



© La Dernière Heure 2006